RDC : Le ministre Thambwe attendu par la justice belge

RDC : Le ministre Thambwe attendu par la justice belge

L’audition d’Alexis Thambwe Mwamba devrait avoir lieu rapidement.

Le juge d’instruction bruxellois Michel Claise n’a pas oublié le dossier à charge du ministre congolais de la Justice Alexis Thambwe Mwamba.

Selon plusieurs sources, le ministre devrait être entendu très prochainement à Bruxelles, les enquêteurs auraient eu un contact avec son avocat belge Maître Laurent Kennes. “No comment”, lâche l’avocat, avant de poursuivre : “Il devra être entendu un jour ou l’autre. Nous avons d’ailleurs demandé à être entendus rapidement, vu les informations diffusées régulièrement dans la presse. Le ministre a toujours répété qu’il répondra favorablement à l’invitation du juge.”

Crime de guerre

La plainte date du mois de juin 2017. À cette époque, Maître Alexis Deswaef, qui représente des victimes du vol de la Congo Airlines (CAL), abattu dans l’est de la RDC en 1998 par la rébellion du RCD, mais aussi la Ligue contre la corruption et la fraude (Licof), avait déposé plainte entre les mains du juge d’instruction contre le ministre congolais.

Katumbi et Bemba défient Kabila !

Pendant un an, le juge d’instruction a multiplié les devoirs d’enquête pour aboutir, “dans les prochaines semaines”, selon une source proche du dossier, à une audition du ministre congolais.

Alexis Thambwe Mwamba est notamment poursuivi pour crime contre l’humanité et crime de guerre. Des faits imprescriptibles qui remontent au 10 octobre 1998. Ce jour-là, un avion de la CAL, qui décolle de l’aéroport de Kindu, dans le Maniema, est abattu en plein ciel avec 50 personnes à bord (43 civils, essentiellement des femmes et des enfants, et 7 membres d’équipage).

Le lendemain, une information est diffusée en boucle sur les ondes de RFI. On y entend un des leaders du RCD, Alexis Thambwe Mwamba, revendiquer l’attaque contre cet avion qui, selon ses dires, venait de Kinshasa et transportait des militaires de l’armée congolaise envoyés par Kinshasa pour faire face à l’avancée des rebelles.

Depuis, le ministre a expliqué qu’il n’était que le porte-parole de ce mouvement et qu’il ne pouvait dès lors pas être poursuivi pour les actes posés par ce mouvement rebelle.

Devoirs complémentaires

Le juge d’instruction qui a convoqué une vingtaine de devoirs d’enquête semble désormais disposer de suffisamment d’éléments pour demander à entendre M. Thambwe Mwamba et comme le ministre a martelé qu’il se tenait à la disposition de la justice belge, l’audition pourrait avoir lieu assez rapidement.

Une audition qui n’empêche pas des devoirs complémentaires, on sait en effet que le président de la compagnie aérienne CAL, M. Stavros, demande à être entendu dans ce dossier. Joint par “La Libre”, ce lundi midi, il nous a confirmé qu’il attendait impatiemment d’être entendu par la justice belge “pour expliquer clairement comment les événements se sont déroulés ce jour-là. Je n’ai rien oublié. Il est impossible d’oublier des événements aussi dramatiques que ceux-là”, explique-t-il, en rappelant qu’il était non seulement président de la société mais aussi actionnaire, « notamment avec d’autres Congolais qui sont toujours très actifs en RDC”.

Tensions entre Bruxelles et Kinshasa

Le dossier Thambwe (qui comporte aussi des aspects financiers) devrait donc connaître un nouveau coup d’accélérateur dans les prochaines semaines. Pas sûr que cela facilite une éventuelle reprise des relations apaisées entre Kinshasa et Bruxelles. Le pouvoir congolais n’a pas ménagé la Belgique ces derniers mois, notamment en privant SN Brussels de plusieurs liaisons par semaine de et vers Kinshasa.

Que pensez-vous de cet article?

Derniers Articles

Journalistes

Dernières Vidéos