RDC : Le MLC appelle la Cour constitutionnelle à l’indépendance

RDC : Le MLC appelle la Cour constitutionnelle à l’indépendance

Le Mouvement de libération du Congo (MLC), le parti de Jean-Pierre Bemba, entend se battre jusqu’au bout pour permettre à son « chairman » de participer à la présidentielle du 23 décembre prochain.

Jean-Pierre Bemba a vu sa candidature invalidée par la Ceni, comme cinq autres candidats. Comme ces candidats invalidés, il entend faire entendre ses arguments par les juges de la Cour constitutionnelle.

Le MLC  demande ainsi à cette cour d’examiner le dossier de candidature de Jean-Pierre Bemba en toute indépendance. Eve Bazaiba, secrétaire générale de ce parti, a lancé cet appel, ce samedi 1er septembre, lors d’une conférence de presse à Kinshasa.

« Le MLC invite la Cour constitutionnelle à faire preuve d’indépendance et de professionnalisme pour dire le droit, rien que le droit, en dépit des pressions politiques évidentes », a déclaré Eve Bazaiba. Elle a aussi invité les membres de son parti « à protéger le fondement du système pénal de la RDC qui fonctionne sur base de la légalité et de stricte interprétation. »

Mme Bazaiba a par ailleurs appelé la communauté internationale à soutenir et à  accompagner la RDC pour aller vers de vraies élections libres, transparentes, apaisées et inclusives, « gage de paix et de stabilité dans la région. »

Le Parquet général  a demandé vendredi 31 décembre lors de son réquisitoire devant la Cour constitutionnelle, que les juges de cette cour suivent l’avis des experts de la Ceni dans le dossier de Jean-Pierre Bemba et que sa candidature soit donc déclarée irrecevable.

L’image qui enflamme la toile

Depuis ce week-end, le dossier Bemba est aussi alimenté par une image, celle du président de la Cour constitutionnelle, Maître Nkulu, ancien conseiller de la présidence, en grande conversation avec les avocats du FCC (photo qui illustre cet article). « Une image qui montre la collusion entre le pouvoir et la Cour Constitutionnelle », pour un témoin de la scène.

Gemena bouillonne

Et, décidément, le week-end a été torride dans les relations entre la plateforme présidentielle du Front commun pour le Congo (FCC) et le MLC.

Samedi, des heurts violents ont en effet opposé des militants du MLC à ceux du FCC à l’aéroport de Gemena. Selon divers témoignages, les partisans de Jean-Pierre Bemba ont perturbé un meeting que devait tenir sur cet aéroport.José Makila, vice-Premier ministre et ministre des Transports.

Tout a commencé, selon les témoignages, après la descente d’avion du ministre, qui avait affrété son propre vol. Quelques minutes plus tard, le vol régulier de la Congo Airways s’est posé sur la piste de Gemena mais les membres de la délégation du MLC qui auraient dû se trouver à l’intérieur étaient absents. Les militants sur place auraient alors été avertis que cette absence était due au fait qu’ils avaient été débarqués à l’aéroport de N’djili, à Kinshasa, avant le décollage de l’avion du vice-Premier ministre

La colère n’a pas tardé a exploser et les militants du MLC ont alors perturbé, à coups de jets de pierres, le meeting de José Makila, venu dans son fief du sud-ubangi pour inaugurer sa télévision numérique. Le meeting a rapidement  été suspendu et le cortège du ministre a été contraint de quiiter le lieu.

Mais le calvaire de José Makila n’était pas fini pour autant, arrivé sur le boulevard Mobutu, le cortège s’est heurté à une barrière dressée par d’autres militants du MLC. La police, incapable de rétablir l’ordre, a dû faire appel aux militaires. José Makila a, lui, dû renoncer à l’inauguration de sa télévision numérique dans cette province largement acquise à Jean-Pierre Bemba.

Que pensez-vous de cet article?

Derniers Articles

Journalistes

Dernières Vidéos