RDC: la Céni rejette 282 candidats aux élections législatives, l’opposition dénonce

RDC: la Céni rejette 282 candidats aux élections législatives, l’opposition dénonce

La Commission électorale nationale indépendante (Céni) a déclaré irrecevables 282 des 15.505 candidatures reçues pour les élections législatives fixées au 23 décembre en République démocratique du Congo (RDC), a-t-elle annoncé lundi, suscitant des critiques de l’opposition. Cent et une candidatures – dont celles de dix femmes – ont été jugées irrecevables « pour dépôt de dossiers de candidature dans plusieurs circonscriptions pour le compte de différents partis ou regroupements politiques », a indiqué la Céni dans un communiqué reçu à Bruxelles, en invoquant la loi électorale.

Treize autres candidatures (dont celle de deux femmes) ont été rejetées pour détention d’une nationale étrangère – alors que la loi précise que la nationalité congolaise est exclusive.

Parmi eux figurent un ancien ministre de l’Environnement passé à l’opposition, José Endundo Bononge, l’ancien vice-ministre de l’Energie et Ressources hydrauliques, Willy Mishiki Buhini, le député Olivier Endundo Evele et d’ex-gouverneurs de province – Jean-Claude Baende Etafe Eliko (Equateur) et Alex Kande Mupompa, qui dirigeait le Kasaï central au début de l’insurrection du mouvement Kamuina Nsapu.

Cinq autres candidatures ont été écartées pour « pour dissimulation d’une profession déclarée comme inéligible ou nécessitant la production d’une demande de mise en disponibilité » et quatre pour « condamnation à une peine irrévocable ».

Un proche de l’ex-chef rebelle Jean-Pierre Bemba Gombo – dont la candidature à la présidentielle a été rejetée vendredi par la Céni en raison de la condamnation que lui infligée la Cour pénale internationale (CPI) pour « subornation de témoins », alors que la loi congolaise prévoit l’invalidation d’une candidature pour « corruption » -, le député Fidèle Babala Wandu, du Mouvement de Libération du Congo (MLC), se trouve dans ce dernier cas.

Le MLC s’est toutefois étonné de la validation d’une autre candidature, celle de l’avocat Aimé Kilolo Musamba comme suppléant à la députation provinciale à Lubumbashi-ville, le chef-lieu de la province du Haut-Katanga. Ancien avocat de l’opposant Jean-Pierre Bemba passé à la Majorité présidentielle (MP, qui soutient l’action du président Joseph Kabila), il a pourtant été condamné exactement pour les mêmes faits.

Il n’en fallait pas plus pour que l’opposition dénonce un tri à la tête du client – alors que la MP se félicite que la Céni ait appliqué la loi dans toute sa rigueur.

Selon l’opposition, citée par Radio France Internationale (RFI), plusieurs ministres ou députés de la majorité n’ont eux pas été dénoncés pour défaut de nationalité.

Les exclusions pour défaut de paiements de la caution demandée ne concernent que des candidats d’une seule province, le Sud-Ubangi, note la radio publique française.

A l’issue d’une nouvelle étape de contentieux électoral au niveau de la Cour constitutionnelle (du 25 août au 4 septembre 2018), une notification des arrêts sera transmise à la Céni par la Haute Cour.

La Céni publiera ensuite, le 19 septembre, deux décisions définitives reprenant les listes des candidats à la présidence de la République et l’Assemblée nationale (chambre basse du parlement congolais).

Que pensez-vous de cet article?

Derniers Articles

Journalistes

Dernières Vidéos