Front uni de l’opposition pour un candidat unique et le retour de Katumbi

Front uni de l’opposition pour un candidat unique et le retour de Katumbi

Ce n’est qu’une lettre. Trois pages et six signatures. Mais la démarche est suffisamment exceptionnelle que pour être soulignée.

Ce 13 août, 5 jours après l’annonce que le président, hors mandat, Joseph Kabila ne serait pas candidat pour un troisième mandat inconstitutionnel, les « leaders » de l’opposition congolaise (Félix Tshisekedi, Vital Kamerhe, Jean-Pierre Bemba, Moïse Katumbi, Martin Fayulu, Freddy Matungulu, soit plus de 70% des intentions de vote selon le dernier sondage publié fin de semaine dernière) viennent de cosigner et de rendre public une déclaration commune dans laquelle ils énumèrent tous les devoirs encore à réaliser par le pouvoir en place et la CENI pour aboutir à des élections vraiment démocratiques, inclusives et crédibles.

Ensemble, ils prennent évidemment acte du retrait de Joseph Kabila et en profitent pour souligner le poids du combat du peuple congolais au pays et à l’extérieur pour obtenir ce départ.

Le début d’un processus 

Dans le foulée de ce satisfecit, ils expliquent que cette annonce de Joseph Kabila n’est qu’une étape et appellent le peuple congolais et la communauté internationale à la vigilance.

Ils insistent aussi sur le fait que le pouvoir a toujours refusé le retour de la dépouille de Féix Tshisekedi.

Les signataires rappellent encore l’exigence absolue de voir appliquer à la lettre l’Accord de la Saint-Sylvestre. Un accord qui prévoit notamment la libération des prisonniers politiques et la fin des poursuites contre Moïse Katumbi. Les signataires posent encore le retour de Moïse Katumbi, en homme et candidat libre, comme préalable à la tenue des élections du 23 décembre.

En fin de courrier, ils mettent en garde le pouvoir sur des velléités d’instrumentaliser la Ceni et la Cour constitutionnelle, notamment pour invalider la candidature de Jean-Pierre Bemba.

Ils terminent en affirmant qu’ils poursuivent leur concertation en vue de désigner un candidat commun, autour d’un programme commun, pour la présidentielle du 23 décembre 2018.

Que pensez-vous de cet article?

Derniers Articles

Journalistes

Dernières Vidéos