RDC: début de la vaccination ciblée contre Ebola dans l’Est

RDC: début de la vaccination ciblée contre Ebola dans l’Est

La vaccination contre la fièvre hémorragique Ebola parmi des « populations à haut risque » a commencé mercredi dans la province du Nord-Kivu (est de la République démocratique du Congo), touchée par une nouvelle épidémie dans une zone d’insécurité, selon le congolais ministère de la Santé. Dans cette province de l’est de la RDC, neuf décès ont déjà été enregistrés parmi les cas confirmés.

La vaccination en cours débute une semaine à peine après l’annonce le 1er août par les autorités d’une nouvelle épidémie d’Ebola en RDC.

Les professionnels de la santé qui avaient été en contact avec les cas confirmés d’Ebola ont été parmi les premières personnes à être vaccinées, indique le ministère dans un communiqué.

« A ce jour, 44 cas ont été enregistrés, dont 17 cas sont confirmés », ajoute-t-il.

Au total, 3.220 doses du vaccin rVSV-ZEBOV sont actuellement disponibles dans le pays. Un accord entre l’Alliance Gavi et Merck (qui a mis au point le vaccin) prévoit que des doses supplémentaires du vaccin, utilisé à titre expérimental, soient disponibles, selon cette source.

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a fourni un soutien logistique afin d’établir les conditions de la chaîne de froid et les équipements nécessaires pour mener à bien la vaccination, note le ministère.

Kinshasa indique par ailleurs que l’OMS contribue au déploiement des équipes d’experts de la vaccination de la Guinée afin que ces derniers travaillent aux côtés des vaccinateurs congolais qui ont déjà commencé les activités de vaccination.

La dixième épidémie d’Ebola en RDC touche une zone de « haute insécurité » en raison de la présence de nombreux groupes armés étrangers et locaux.

Après l’annonce de cette épidémie, à Mangina, dans les alentours de Beni, au Nord-Kivu, l’OMS avait averti que les difficultés allaient être maximales pour enrayer la nouvelle épidémie d’Ebola en RDC dans une « zone de guerre » où les humanitaires ne se déplacent pas sans « escorte armée ».

Quatorze personnes, enlevées par un groupe armé présumé, ont été retrouvées mortes mardi dans cette région.​

Que pensez-vous de cet article?

Soyez la première personne à évaluer cet article.