RDC: Dans le Haut-Katanga, « ils massacrent notre futur par cupidité »

RDC: Dans le Haut-Katanga, « ils massacrent notre futur par cupidité »

Ce jeudi 6 avril, un convoi de près de 500 camions venu de République démocratique du Congo a été arrêté sur le territoire zambien.

Ces camions transportaient des tonnes de « bois rouge », une espèce protégée particulièrement prisée par les Asiatiques. Fin de semaine dernière, de passage à Bruxelles, l’évêque de Kilwa-Kasenga, dans le Haut-Katanga, Fulgence Muteba, dénonçait à « La Libre » l’exploitation illégale et massive de ces essences.

« Cette exploitation n’a rien d’artisanale. Tout le monde sait qui se cache derrière ces coupes intensives de bois rouge », explique l’évêque qui ne se fait pas prier pour énoncer les noms de certains responsables de ce trafic. « Les généraux Numbi et Raus sont, avec la famille présidentielle, les principaux acteurs de ce véritable massacre de notre flore. Pour couper un arbre, ils n’hésitent pas à écraser des hectares de forêt. Tous les jours, le Congo perd des centaines d’hectares de forêt à cause de ce massacre », poursuit-il.

Les exploitants forestiers congolais, eux, se prévalent d’avoir obtenu l’accord du gouverneur pour pratiquer leurs coupes. « Ces autorisations ne sont pas légales, le gouverneur n’est pas habilité à octroyer ces documents. C’est une mafia qui n’a plus de limite. En 2013, des Chinois avaient voulu opérer de la sorte mais j’avais pu compter sur le soutien du gouverneur Katumbi qui n’avait pas hésité à jeter ces exploitants en prison. Aujourd’hui, il n’y a plus de limite, tout se déroule au vu et au su de tout le monde. Les paysans de chez nous sont démunis de tout. Ces coupes leur permettent parfois de gagner quelques dollars, quitte à délaisser leurs champs. » Si l’évêque Fulgence Muteba tente de faire entendre sa voix, c’est aussi parce que ces hommes « qui ne reculent devant aucun crime pour gagner quelques poignées de dollars de plus », sont entrés désormais dans le parc des Kundelungu, (un des huit parcs nationaux de la RDC). « C’est un de nos derniers sanctuaires. C’est une vitrine pour notre pays. Il faut les arrêter absolument, c’est notre responsabilité pour nos futures générations. »

Que pensez-vous de cet article?