RDC : Vers une élection présidentielle sans réel candidat de l’opposition

RDC : Vers une élection présidentielle sans réel candidat de l’opposition

A quelques jours de son retour au pays, Jean-Pierre Bemba est devenu le nouvel homme à abattre de la majorité présidentielle.

Le porte-parole de cette majorité, M. Atundu, s’est donc fendu d’un texte dont il a le secret pour expliquer que Bemba n’a pas le droit de se présenter à la présidentielle parce qu’il a été condamné pour subornation de témoin. Une condamnation qui exclut l’ancien vice-président de la course à la présidence… Souci, M. Atundu oublie que la Cour Pénale Internationale n’a pas encore rendu son verdict définitif dans ce dossier et petit rappel, la même CPI a quand même innocenté le même Bemba des accusations de crime contre l’humanité et crime de guerre.

Masi la majorité présidentielle, qui aime rappeler que la RDC est un Etat de droit,  ne semble guère se soucier de ce que peuvent décider les juges de la CPI, elle qui semble déterminée à s’octroyer le droit de dire qui peut être candidat et qui ne peut pas l’être en fonction du danger qu’il représente. Une majorité présidentielle, aussi puissante soit-elle, dans un état de droit, ne peut en aucun cas se substituer aux juges.

A quelques jours du retour de Jean-Pierre Bemba, et alors que Moïse Katumbi est aussi attendu avant le 8 août en République démocratique du Congo, le ton est donné. La majorité présidentielle veut écarter les principaux candidats de la course à la présidence.

Un plan mis au point lors d’une réunion du comité stratégique de la majorité présidentielle dirigé par Néhémie Mwilanya, le directeur de cabinet du président hors mandat Joseph Kabila. Lors de cette réunion, le « dircab » a été clair, c’est Joseph Kabila qui a donné ces instructions.

S’il faut éliminer les principaux candidats de l’opposition de la course à la présidence, c’est pour préparer… la candidature de Joseph Kabila. La sortie, ce jeudi 26 juillet, des jeunes kabilistes pour répéter que Kabila est et restera président fait partie de cette stratégie.

Voyage dans la région

Eliminer les adversaires, les discréditer rapidement, doit aussi servir d’argument au président hors mandat lors de ses prochaines visites dans les pays voisins. Sauf énième report, Joseph Kabila devrait se rendre le 2 août en Angola, avant de descendre sur l’Afrique du Sud et de terminer par le Rwanda pour des entretiens en tête-à-tête.

Kabila veut démontrer à ses voisins que c’est lui et lui seul qui peut garantir la stabilité en RDC et dans la région et qu’en l’absence des principaux adversaires, il n’y a pas d’autre solution que le statu quo que cela fasse plaisir ou non à ses hôtes.

Toute cette stratégie démontre une fois de plus que le président Kabila entend bien se présenter et se succéder sans réel adversaire  et avec les règles du jeu qu’il a fixés lui-même (machine à voter et fichier électoral douteux)…

Que pensez-vous de cet article?

Derniers Articles

Journalistes

Dernières Vidéos