RDC : Visa, le ministre délégué fait marche arrière

RDC : Visa, le ministre délégué fait marche arrière

Il faut reconnaître que ce n’est pas la limpidité la plus évidente au sein du ministrère congolais des Affaires étrangères sur la question des visas entre la RDC, la France et la Belgique.

Mardi, 24 juillet, Emmanuel Ilunga Ngoie Kasongo, ministre délégué en charge des Congolais de l’étranger paraphe un texte qui interdit désormais aux missions diplomatiques congolaises l’octroi de tout autre visa congolais que les visas dits humanitaires et pour soins médicaux.

« Il est constaté de manière non équivoque que les ambassades de Belgique et de France n’accordent plus que des visas humanitaires ou pour soins médicaux aux ressortissants congolais depuis la fermeture de la Maison Schengen. A cet effet, il est demandé à toutes nos représentations diplomatiques d’appliquer les mêmes dispositions à leurs ressortissants par principe de réciprocité », dit-il dans une décision signée le 24 juillet.

Jeudi 26 juillet, le courrier fait le tour des réseaux sociaux et des médias. La tension monte au sein du gouvernement. Certains reprochent vivement cette prise de position au ministre Kasongo, d’autres s’étonnent de l’absence du minisre des Affaires étrangères et vice-Premier ministre Léonard She Okitundu dans ce dossier.

Les pays visés ne comprennent pas décision, alors que des discussions sont en cours et que le ton est plutôt apaisé.

Sous la pression Emmanuel Ilunga Ngoie Kasongo signe un second communiqué en forme de rétropédalage : « Tenant compte du dialogue en cours notamment sur le traitement de dossiers de visas, les instructions contenues dans le message N°130CDE/205/2018 du 24 juillet 2018, relatives à l’application du principe de réciprocité sont retirées ».

« Les canaux de communication entre la Belgique et la RDC restent grand ouverts et un dialogue est en cours. La Belgique espère qu’il permettra d’aboutir à des pistes de solution aux problèmes posés par la cessation des activités de la Maison Schengen, par la fermeture des consulats généraux de Lubumbashi et d’Anvers, la réduction des fréquences de Brussels Airlines. Les modalités de fonctionnement d’ENABEL en RDC pourront aussi être abordées », avait dit Philippe Bronchain.

Que pensez-vous de cet article?

Derniers Articles

Journalistes

Dernières Vidéos