L’Onu et l’UA n’ont pas vraiment la même lecture que Kabila

L’Onu et l’UA n’ont pas vraiment la même lecture que Kabila

Alors que le président hors mandat Joseph Kabila présebtait sa vision de la RDC devant les membres du Congrès, les membres du conseil de sécurité de l’Onu et du consel de paix et de sécurité de l’Union africaine se réunissaient à New York… avec une autre vision de la situation.

Les membres du conseil de sécurité des Nations unies et du conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine se sont donc retrouvé à New York ce 19 juillet. Au programme : leur collabiration mais aussi un point sur la situation en RDC.

Et loin de la vision quasi idylique dressée quasiment au même moment par Joseph Kabila, les membres des deux institutions ont réitéré leurs préoccupations face à la détérioration continue de la situation sécuritaire et humanitaire en RDC. Tout en saluant les avancées dans le processus électoral, ils n’ont pas caché leur inquiétude face aux défis qui subsistent pour renforcer la confiance dans le processus électoral. Parallèlement, ils ont appelé tous les partis politiques, leurs partisans et les autres acteurs politiques à rester attachés à l’Accord de la Saint-Sylvestre du 31 décembre 2016, seule issue viable de la situation politique actuelle.

L’Onu et l’UA en ont profité pour réitérer à tous les acteurs politiques la nécessité d’éviter toutes violences. Les deux institutions insistent toujours sur la mise en place rapide et sincères des conclusions de l’accord de la Saint-Sylvestre.

Sanctions 

Tout en rappelant cette nécessité de respecter le texte de la Saint-Sylvestre, les représentants de l’UA t de l’Onu ont insisté sur leur détermination à prendre des mesures appropriées contre tous les acteurs congolais, et tous les auteres, dont les actions et les déclarations entravent la mise en oeuvre de l’Accord et l’organisation des élections. Les membres du Conseil de sécurité et du Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine ont souligné qu’il est essentiel que le gouvernement de la République démocratique du Congo et tous les acteurs de la République démocratique du Congo respectent les engagements pris dans l’accord du 31 décembre 2016, et souligné la nécessité de tout faire pour que les élections se déroulent dans les conditions requises de transparence, de crédibilité et d’inclusion, y compris la participation pleine et entière des femmes à tous les stades, ainsi que l’importance de l’engagement des jeunes. Ils ont également souligné que les élections devaient conduire à un transfert de pouvoir pacifique et démocratique, conformément à la Constitution, à l’Accord politique du 31 décembre 2016, aux résolutions 2348 (2017) et 2409 (2018) du Conseil de sécurité des Nations Unies, ainsi qu’aux Charte sur la démocratie, les élections et la gouvernance.

Les membres du Conseil de sécurité des Nations Unies et du Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine ont encore exhorté le gouvernement de la RDC à mettre en œuvre de toute urgence les mesures de confiance prévues par l’accord politique du 31 décembre 2016 en vue de l’organisation des élections du 23 décembre 2018.

Ils ont noté les progrès réalisés dans la préparation des élections avec l’appui de la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en République démocratique du Congo (MONUSCO), tout en reconnaissant les défis qui restent à relever. Ils ont appelé la CENI à poursuivre sa coopération avec la MONUSCO tout au long du processus électoral. Ils ont également salué l’engagement des Nations Unies, de l’Union africaine, de la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC), de la Communauté économique des États d’Afrique centrale (CEEAC), de la Conférence internationale sur les Grands Lacs et de l’Organisation internationale de la Francophonie à soutenir le processus électoral, et la mise en place d’une équipe conjointe d’experts de ces organisations, et a encouragé la CENI à faire usage de leur soutien. Les membres du Conseil de sécurité des Nations Unies et du Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine appellent à une coordination accrue entre les Nations Unies, l’Union africaine, la Conférence internationale sur les Grands Lacs, la SADC, l’Union européenne et l’Organisation internationale de la Francophonie pour soutenir la mise en œuvre de l’Accord du 31 décembre 2016 et du processus électoral. Les membres du Conseil de sécurité et du Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine ont salué la bravoure des pays fournisseurs de contingents et de policiers à la MONUSCO qui ont sacrifié leur vie pour rétablir la paix, la sécurité et la stabilité en République démocratique du Congo. Congo.


Que pensez-vous de cet article?

Derniers Articles

Journalistes

Dernières Vidéos