Sénégal: jusqu’à 20 ans de prison et de nombreux acquittements à un procès pour terrorisme

Sénégal: jusqu’à 20 ans de prison et de nombreux acquittements à un procès pour terrorisme

Le plus important procès au Sénégal pour des faits liés au jihadisme s’est achevé jeudi sur des condamnations allant jusqu’à 20 ans de travaux forcés, mais aussi par l’acquittement de la moitié des accusés et une peine légère pour un célèbre imam.

Ce procès, placé sous haute sécurité et qui avait démarré le 9 avril, après une série de renvois depuis décembre, est le plus important par le nombre de prévenus dans un dossier de ce type à se tenir au Sénégal, un pays qui n’a jamais connu d’attentat islamiste.

Il était reproché aux 29 prévenus, dont certains ont séjourné dans des zones contrôlées par le groupe islamiste nigérian Boko Haram, d’avoir voulu installer des bases jihadistes dans le sud et le sud-est du Sénégal et d’avoir envisagé ensuite d’étendre leur projet à des pays voisins tels que la Gambie, la Guinée et la Guinée-Bissau.

Les accusés, dont trois femmes, étaient poursuivis pour « actes de terrorisme par menaces d’attentat », « association de malfaiteurs, financement du terrorisme, blanchiment de capitaux », « apologie du terrorisme » et « détention d’armes sans autorisation ».

Le verdict le plus attendu concernait Aliou Ndao, un célèbre imam de 58 ans ayant quatre épouses et 17 enfants, accusé d’être le « coordonnateur » du groupe et contre qui le parquet avait requis une peine de 30 ans.

– « Fiers de notre justice » –

Des cris de joie et des « Allahou akbar » ont éclaté dans la salle d’audience lorsque le tribunal a condamné l’imam, en boubou et châle blancs, à un mois de prison avec sursis pour « détention d’arme sans autorisation », mais l’a acquitté des préventions liées au terrorisme.

Makhtar Diokhané, né il y a 31 ans en Casamance (sud) et décrit par le parquet comme « l’idéologue » du groupe, a été reconnu coupable d’actes de terrorisme par association de malfaiteurs et condamné à 20 ans de travaux forcés, alors que le procureur avait requis contre lui la perpétuité, tout comme contre 10 autres prévenus.

Trois autres accusés ont été condamnés par le tribunal correctionnel à 15 ans de travaux forcés, six autres à 10 ans et trois à cinq ans. Quatorze prévenus, dont deux épouses de Makhtar Diokhané, ont été acquittés, alors que le parquet n’avait demandé que huit acquittements. Enfin, un prévenu a été « libéré d’office » après l’invalidation de son premier procès-verbal d’interrogatoire, selon le président du tribunal, Samba Kâne.

« C’est un combat que nous menons depuis trois ans (…) pour sauvegarder la dignité de l’imam Ndao, qui est un modèle pour ce pays. Malgré toutes les difficultés, nous sommes aujourd’hui fiers de notre justice », a déclaré à la presse Moussa Sarr, avocat de l’imam Ndao, en détention provisoire depuis plus de deux ans.

Alassane Cissé, l’avocat de Makhtar Diokhané, qui a écopé de la plus lourde peine, a par contre indiqué qu’il allait « faire immédiatement appel ». « Je n’ai aucunement l’intention de laisser Makhtar Diokhané rester en prison pour une durée de vingt ans », a déclaré à l’AFP Me Cissé.

– Epargné par les attentats –

La plupart des prévenus avaient été arrêtés en 2015 au Sénégal, tandis que Makhtar Diokhané était interpellé la même année au Niger à la suite d’une affaire de fausse monnaie, puis remis au Sénégal.

Pays réputé pour sa tolérance religieuse, le Sénégal compte plus de 90% de musulmans, adhérant pour la plupart à l’islam soufi, représenté par différentes confréries.

Il a été jusqu’à présent épargné par les attentats jihadistes, qui ont frappé d’autres pays d’Afrique de l’Ouest.

Mais il a renforcé la sécurité devant les hôtels et de nombreux bâtiments publics après les attentats qui ont touché depuis 2016 le Burkina Faso et la Côte d’Ivoire, alors que le Mali voisin est le théâtre d’attaques jihadistes quasi quotidiennes.

En octobre 2016, un imam sénégalais reconnu coupable en juin d' »apologie du terrorisme » avait vu sa peine aggravée en appel d’un an de prison ferme à deux ans. Et en avril dernier, le Franco-Sénégalais Ibrahima Ly, 34 ans, avait écopé à Dakar de 15 ans de travaux forcés pour association de malfaiteurs et apologie du terrorisme. Originaire de Trappes, en banlieue parisienne, il s’était rendu en territoire syrien contrôlé par le groupe Etat islamique (EI).​

Que pensez-vous de cet article?

Soyez la première personne à évaluer cet article.

Derniers Articles

Journalistes

Dernières Vidéos