RDC: deux journalistes en fuite après la diffusion de la première d’un documentaire

RDC: deux journalistes en fuite après la diffusion de la première d’un documentaire

Deux journalistes congolais ont été obligés de fuir leur ville après la diffusion de leur documentaire sur des victimes d’expropriation d’un terrain revendiqué par le président Kabila, a accusé mercredi l’ONG Reporters sans frontières, qui demande aux autorités de garantir leur protection. Le réalisateur Gaël Mpoyo et le monteur Franck Zongwe Lukawa du film « Mbobero: la raison du plus fort est toujours la meilleure » ont dû fuir la ville de Bukavu, dans l’est de la République démocratique du Congo, le 7 juillet, après la diffusion de ce documentaire.

La veille, « les deux journalistes, se sentant déjà menacés, avaient préféré ne pas assister à la première » de leur documentaire, affirme RSF. Ces menaces se sont poursuivies par la suite.

Cette enquête de 27 minutes rassemble les témoignages de plusieurs habitants chassés de leurs villages sur un terrain revendiqué par le président Joseph Kabila, explique RSF.

Après la diffusion du film, Gaël Mpoyo a reçu un appel téléphonique du gouverneur de la province du Sud-Kivu, Jean-Claude Nyamugabo, lui demandant avec insistance de « ne pas s’exposer en se hasardant de diffuser ce film-documentaire qui, selon son entendement, énervera davantage le Président de la République », note un communiqué de Journaliste en danger (JED), une organisation partenaire de RSF en RDC.

Le documentaire commandé par l’ONG Nouvelle dynamique de la société civile en RDC (NDSCI) fait également intervenir des avocats qui contestent la politique de « déguerpissement » (expulsions) menée par les forces de sécurité. D’après l’enquête, plus de 2.500 personnes ont été délogées, 317 maisons ont été détruites et un hôpital a été rasé depuis 2016, rapporte RSF.

Mpoyo et Zongwe travaillaient, entre autres, pour Vision Shala télévision, une chaîne locale appartenant un homme politique de la majorité au pouvoir.

« En plus des deux journalistes, au moins trois autres personnes ayant participé au documentaire ont dû quitter leur domicile par mesure de précaution », selon RSF.

A Bukavu, l’Union nationale de la presse du Congo (UNPC) a appelé mardi le gouverneur Nyamugabo à s’impliquer personnellement pour « sécuriser » ces journalistes et leurs proches.

Le climat politique est tendu en RDC, à l’approche d’échéances explosives, en perspectives des élections prévues le 23 décembre 2018 qui doivent élire le successeur de Joseph Kabila, au pouvoir depuis 2001.​

Que pensez-vous de cet article?

Derniers Articles

Journalistes

Dernières Vidéos