Burkina: la Chine ouvre une nouvelle ambassade à Ouagadougou

Burkina: la Chine ouvre une nouvelle ambassade à Ouagadougou

La Chine a inauguré jeudi à Ouagadougou sa nouvelle ambassade, un peu plus d’un mois après le rétablissement des relations diplomatiques entre Pékin et la capitale du Burkina Faso, pays pauvre de l’Afrique de l’Ouest.

Le Burkina Faso est devenu en mai le dernier pays en date à rompre avec Taipei. L’île de Taïwan, séparée en 1949 de la Chine continentale, gouvernée par le Parti communiste chinois, à l’issue d’une guerre civile entre communistes et nationalistes, n’est plus reconnue que par 18 Etats dans le monde.

L’ouverture officielle de la mission, marquée par le dévoilement d’une plaque, s’est déroulée dans un hôtel huppé de la capitale, où les diplomates chinois se sont installés provisoirement, en attendant la construction d’une nouvelle représentation.

« Aujourd’hui est une journée historique », s’est réjoui le vice-premier ministre chinois, Hu Chunhua, qui a conduit une importante délégation à Ouagadougou pour l’installation de la mission diplomatique.

« A partir d’aujourd’hui l’ambassade de la république populaire de Chine au Burkina Faso est ouverte », a-t-il déclaré, espérant qu’elle va « jouer un rôle de propulseur de l’amitié sino-burkinabè ».

« Le Burkina Faso est honoré de vous accueillir sur son sol après le rétablissement de nos relations diplomatiques et de coopération (…), cela après 24 années d’interruption », a réagi le Premier ministre burkinabè Paul Kaba Thiéba.

L’ouverture de cette ambassade, quelques semaines après le rétablissement des relations diplomatiques, est un « signal fort de l’importance que les plus hautes autorités du Burkina Faso et de la Chine accordent aux relations d’amitié et de coopération entre les deux pays », a-t-il affirmé.

De nombreuses missions chinoises, dont des équipes médicales, sont déjà arrivées au Burkina Faso pour la mise en oeuvre de projets de coopération, notamment la construction d’un grand hôpital à Bobo-Dioulasso, la deuxième ville du pays.

Au cours de son séjour qui s’achève vendredi, le vice-premier ministre chinois Hu Chunhua, sera reçu par le président burkinabè Roch Christian Kaboré à qui il transmettra une invitation pour sa première visite officielle à Pékin, en septembre prochain, à la faveur du sommet Chine – Afrique.

Pékin ne cesse de renforcer sa présence en Afrique, désireux de garantir les approvisionnements de matières premières et sources d’énergies cruciaux pour la croissance de la deuxième économie du monde.

Depuis 2000, plusieurs pays africains dont le Tchad et le Sénégal, qui recevaient des aides de Taïwan, ont rompu leurs relations avec l’île afin de bénéficier de la coopération avec Pékin.​

Que pensez-vous de cet article?