RDC : La majorité prépare le terrain pour la candidature de Kabila

RDC : La majorité prépare le terrain pour la candidature de Kabila

Selon divers témoignages, il faudra attendre la 8 août pour connaître le nom du candidat de la majorité présidentielle. L »opposition politique et la société civile travaillent sur un « appel républicain »…

Pourtant, il ne fait guère de doute que ce nom devrait correspondre à l’actuel locataire de la présidence, Joseph Kabila, hors mandat depuis décembre 2016.

Les affiches, T-shirt, écharpes à l’effigie du président à la barbe poivre et sel, impossible donc de se tromper avec de vieilles images qui dateraient de 2011, lors du dernier passage par les urnes, fleurissent dans la capitale et suivent les itnéraires des caciques de la « Kabilie » qui les distribuent comme des bons points aux bons élèves du pouvoir en place.

L’invitation lancée aux chefs coutumiers pour qu’ils se placent derrière le candidat Kabila est un élément de plus, évidemment. La demande faite aux membres de la majorité présidentielle de s’engager derrière le candidat désigné, quel qu’il soit (à l’exception de l’ancien Premier ministre Matata, inacceptable pour nombre de lieutenants du PPRD) en est une autre. « Le message qui nous est envoyé est évident. Vous êtes avec nous et pas question de faire la fine bouche. Quel que soit le risque de soutenir la candidature de Kabila, nous devrons le faire », explique un député de Kinshasa.

Francine Muyumba, présidente de l’union de la jeunesse panafricaine, très très proche du raïs, y est allée aussi de son tweet pour expliquer sans rire que le « leadership est un don de Dieu qui n’est pas donné à tout le monde »…

Sans oublier ce courrier, signé Ferdinand Kambere Kalumbi, secrétaire permanent adjoint du PPRD. Un courrier dans lequel, il fustige l’attitude du CLC qui menace de mobiliser la population congolaise si Kabila devait déposer sa candidature pour la présidentielle, tout en tentant de justifier la légalité de la candidature du président sortant pourtant atteint par la limite des deux mandats autorisés par la Constitution ratifiée en 2006 par lui-même.

Dans ce texte, Ferdinand Kambere déflore largement l’argumentation qui devrait être utilisée par le clan Kabila et par la Cour constitutionnelle qui devrait être amenée à se pencher sur cette candidature. Comme nous vous le devoilions voici plus de deux mois, la MP veut justifier cette possibilité de se représenter en utilisant la modification du mode de scrutin de deux à un tour entre 2006 et 2011. Un argumentaire qui ne devrait tenir que devant une Cour constitutionnelle composée par les bons soins du pouvoir.

Appel républicain

Face à ce scénario, et alors que le patron de l’Onu a annoncé attendre des décisions importantes  de la part du président hors mandat,

l’opposition politique, la société civile, les mouvements citoyens entendent lancer un « appel républicain ». Dans l’esprit du courrier du CLC, cet appel doit mettre en exergue l’article 64 de la Constitution qui autorise les Congolais à se dresser contre celui ou ceux qui voudraient confisquer le pouvoir.

Le courrier est en gestation. Les oppsoants de tout bord espèrent réunir un large consensus autour de cette initiative qui doit, selon un des maîtres d’oeuvre de ce texte, mobiliser « le peuple congolais avant qu’il ne soit trop tard. Nous voulons des élections, nous voulons que le peuple puisse s’exprimer librement et nous voulons le respect de la Constitution. Cette élection doit donc se faire sans kabila ». 

Que pensez-vous de cet article?