RDC: le principe d’une visite du patron de l’ONU est « maintenu »

RDC: le principe d’une visite du patron de l’ONU est « maintenu »

Le principe d’une visite du secrétaire général de l’ONU et du président de la Commission de l’Union africaine en République démocratique du Congo (RDC) est « maintenu » après « harmonisation des agendas », selon un communiqué du ministère congolais des Affaires étrangères parvenu mardi à l’AFP. « Le principe de la visite officielle en République démocratique du Congo d’Antonio Guterres, secrétaire général de l’ONU, et Moussa Faki Mahamat, président de l’Union africaine, est maintenu », écrit Bernard Mutanda, directeur du protocole d’État dont le service dépend du ministère congolais des Affaires étrangères.

« Les deux illustres personnalités restant les bienvenues à Kinshasa à une date à convenir de commun accord », ajoute le communiqué. « A cet effet, les consultations, via les canaux diplomatiques usuels sont en cours pour harmonisation des agendas », indique le document.

Interrogé dimanche par l’AFP, le conseiller diplomatique du président Joseph Kabila, Kikaya Bin Karubi, avait indiqué que cette visite – envisagée de longue date – était « inopportune » pendant cette période préélectorale.

Fin mai, la représentante spéciale de M. Guterres et chef de la mission de l’ONU en RDC (Monusco), Leila Zerrougui, avait confirmé la visite estimant qu’elle devait avoir lieu dans le courant du mois de juillet.

Le Conseil de sécurité a renouvelé en mars pour un an le mandat de la Monusco avec pour priorité la protection des civils et l’appui aux élections prévues le 23 décembre. Dans une conférence de presse fin janvier, le président Kabila avait critiqué sévèrement la Monusco demandant qu’elle quitte le pays au plus tard en 2020.

La Monusco qui compte quelque 17.000 Casques bleus pour un budget annuel d’1,153 milliard de dollars, est une des plus importantes mission de la paix de l’ONU dans le monde.

Selon la presse congolaise, une visite envisagée de l’ambassadrice américaine à l’ONU, Nikki Haley, a également été jugée « inopportune » par Kinshasa – alors que le calendrier électoral avait été annoncé en novembre dernier sous la pression des Etats-Unis.

Que pensez-vous de cet article?