Dossier du faux passeport : le ministre de la Justice dédouane Katumbi

Dossier du faux passeport : le ministre de la Justice dédouane Katumbi

C’était le 11 juin dernier, il y a tout juste une semaine. Moïse Katumbi  se faisait arrêter à l’aéroport de Bruxelles. Motif : un passeport qui n’est plus reconnu par les lecteurs électroniques des douaniers.

L’arrestation du principal opposant au président hors mandat Joseph Kabila fait les gros titres de tous les médias. Le terme falsifié est sorti. Pour les uns, ce serait Moïse Katumbi lui-même qui aurait tenté de modifier une page de son passeport. Pour les proches de Moïse Katumbi, il ne fait aucun doute qu’il s’agit d’une nouvelle manoeuvre du pouvoir en place pour tenter de nuire à l’ancien gouverneur du Katanga.

Ce début de semaine, prétextant « les révélations des médias internationaux », le Procureur général de la République (PGR) annonce qu’il ouvre une enquête à charge de Moïse Katumbi sur ce dossier. Original comme démarche, le PGR ne semblait pas jusqu’ici s’intéresser au contenu de cette presse internationale qui avait mis à jour, notamment, le dossier des Panama Papers à charge de la famille présidentielle ou encore la myriade de sociétés qui appartiennent à Joseph Kabila ou à d’autres membres de sa famille,… la liste de ces dossiers révélés pas les médias internationaux est très très longue.

Un peu plus de 24 heures après cette sortie, le ministre congolais de la Justice siffle la fin de la récréation. Dans un entretien à TV5 Monde, M. Thambwe Mwamba explique : « les passeports biométriques ont été retirés » (désactivés) et il poursuit en expliquant que le ministre des Affaires étrangères à communiqer à ce sujet et qu’Interpol a été averti de ce fait.

https://information.tv5monde.com/les-jt/afrique

Une sortie qui jette un nouvel éclairage sur « l’affaire du passeport de Moïse Katumbi » mais qui pose surtout des questions sur l’objectif de la démarche du Procureur général de la République…

Katumbi n’est plus résident à Lubumbashi

Par ailleurs, dans son interview sur TV5 Monde, le ministre congolais de la Justice insiste aussi sur le fait que Moïse Katumbi, s’il veut pouvoir obtenir un nouveau passeport en bonne et due forme, doit se présenter dans sa commune de résidence, ce qui explique, selon M. Thambwe, que l’opposant ne peut recevoir son nouveau passeport à l’étranger. Cette fois, c’est le ministre de la Justice qui semble ne pas disposer de toutes les informations nécessaires. En effet, Moïse Katumbi nous expliquait, dans une précédente interview qu’il avait avisé la commune de Lubumbashi et la justice congolaise du fait qu’il ne résidait plus en RDC…

Que pensez-vous de cet article?