RDCongo, où est passé l’ambassadeur à Bruxelles ?

RDCongo, où est passé l’ambassadeur à Bruxelles ?

Brouille avec la Belgique et les Européens ou sanction contre un Katangais ? Comment expliquer que l’ambassadeur du président Joseph Kabila auprès du Royaume de Belgique, du Benelux et de l’Union européenne, Dominique Kilufya, ait quitté Bruxelles depuis six mois ?

C’est une “brève” de “Jeune Afrique” qui a attiré l’attention sur cette absence anormale, jeudi. L’hebdomadaire panafricain l’explique par le fait que “le pouvoir congolais soupçonne Kilufya d’être un proche de Moïse Katumbi” car “le diplomate est, tout comme l’opposant, issu du peuple bemba (sud de l’ex-Katanga)”.« Quand on cite le nom de Moïse Katumbi devant la Majorité présidentielle, ils deviennent fous!”, assure de son côté à “La Libre” Christian Mwando, du G7. Ce groupe est formé de sept partis, en dissidence de la Majorité présidentielle depuis 2015, à cause de la volonté de M. Kabila de se maintenir au pouvoir au-delà de la fin de son dernier mandat constitutionnel, le 19 décembre 2016.

Depuis le passage de M. Katumbi, populaire ex-gouverneur du Katanga, à l’opposition début 2015, la région “vit dans la terreur”, rappelle Christian Mwando. “Pressions de l’ANR (Agence nationale de Renseignement), tracasseries policières, pertes d’emploi… La population katangaise est traumatisée.” Et de souligner : “Depuis septembre 2015, aucune manifestation d’opposition n’a été autorisée au Katanga, tandis que la Majorité y manifeste quand elle veut. Et aucune chaîne de radio/TV de l’opposition n’a été rouverte malgré les promesses”  faites par le régime aux évêques – les médiateurs – au nom de la “décrispation politique”.

Si la proximité de MM. Kilufya et Katumbi était seule en cause cependant, il suffirait de nommer un autre ambassadeur. Mais il y a de l’eau dans le gaz entre Kinshasa et Bruxelles. L’ambassadeur Kilufya avait été rappelé à Kinshasa l’été dernier, à la suite du vote, par le parlement belge, d’une résolution s’inquiétant de la dégradation des droits de l’homme au Congo, pour les opposants à un maintien de M. Kabila au pouvoir, et des tentatives de ce dernier de s’incruster dans le fauteuil présidentiel en dépit de la Constitution. Les élus belges demandaient au gouvernement des sanctions envers Kinshasa si les élections n’avaient pas lieu dans les temps constitutionnels.

Menaces de sanctions

Après des sanctions américaines et européennes en décembre contre des fauteurs de troubles au sein du régime kabiliste, l’Accord de la Saint-Sylvestre conclu entre Majorité présidentielle et opposition a légitimé la prolongation du régime Kabila en la limitant à un an, moyennant une forme de partage du pouvoir. L’opposition doit se voir octroyer le poste de Premier ministre et celui de responsable du suivi des préparatifs électoraux. Mais le régime freine des quatre fers pour retarder l’application de cet accord, tandis que l’opposition, par sa désorganisation – en particulier à l’UDPS, depuis la mort, le 1er février, d’Etienne Tshisekedi – ouvre un boulevard à ces prétentions. L’Onu, l’Union africaine, l’Union européenne et la Francophonie s’en sont inquiétées conjointement en février. Le 1er mars, le réseau européen d’ONG travaillant en Afrique centrale Eurac a appelé l’UE à prendre des sanctions ciblées contre plus de responsables congolais de la répression des protestations. Et cette semaine, l’UE s’est dite prête à le faire “contre ceux » qui seraient responsables de graves violations des droits de l’homme, inciteraient à la violence ou qui feraient obstacle à une sortie de crise consensuelle, pacifique et respectueuse de l’aspiration du peuple congolais à élire ses représentants”.

Le communiqué de l’UE, en outre, “exclut […] le maintien du Président actuel au-delà de cette échéance (celle convenue dans l’Accord de la Saint-Sylvestre, soit le 31 décembre 2017) et souligne l’urgence de la mise en œuvre effective de l’accord par toutes les parties, en particulier la majorité présidentielle”.

Kinshasa dénonce « l’ingérence” de Bruxelles.

Marie-France Cros

Que pensez-vous de cet article?