Zimbabwe: polémique après des propos selon lesquels l’armée ne cédera pas le pouvoir

Zimbabwe: polémique après des propos selon lesquels l’armée ne cédera pas le pouvoir

Le Mouvement pour le changement démocratique (MDC) zimbabwéen a exprimé sa colère mercredi après des déclarations d’un responsable du parti au pouvoir indiquant que l’armée ne cédera pas le pouvoir à l’opposition si celle-ci devait remporter les prochaines élections. Le ministre adjoint des Finances Terrence Mukupe a déclaré lundi lors d’un meeting de partisans que les militaires, qui ont pris le pouvoir après le coup d’Etat de novembre contre l’autocrate Robert Mugabe, ne laisseraient pas le chef de l’opposition Nelson Chamisa devenir président.

« Comment peut-on affirmer, honnêtement, que les soldats ont arraché le pouvoir à Mugabe pour le remettre à Chamisa », s’est interrogé le responsable devant ses militants.

Tabitha Khumalo, une porte-parole du MDC, a fustigé les commentaires de M. Mukupe, estimant qu’ils démontraient que les promesses du gouvernement d’organiser des élections ouvertes et libres n’étaient pas sincères.

« Cela prouve que l’armée est de mèche avec le parti au pouvoir pour voler le résultat des élections », a-t-elle indiqué à l’agence dpa. « Nous nous retrouverons dans la même situation qu’en 2008, quand (l’ex-leader du MDC) Morgan Tsvangirai avait remporté les élections mais que Mugabe avait refusé de lui céder le pouvoir. »

Le porte-parole du gouvernement Simon Khaya Moyo a souhaité se distancier des propos de M. Mukupe, les qualifiant de « malheureux » et soulignant qu’ils ne représentaient pas la position de l’exécutif ou de l’armée.

Que pensez-vous de cet article?

Derniers Articles

Journalistes

Dernières Vidéos