RDC: rapt de Britanniques dans les Virunga: les FDLR?

RDC: rapt de Britanniques dans les Virunga: les FDLR?

 
Par Marie-France Cros.
 
Les deux touristes britanniques et leur chauffeur congolais, qui ont été enlevés le 11 mai dans le parc des Virunga et libérés le dimanche 13 mai, ont-ils été victimes des FDLR, groupe armé hutu rwandais issu des génocidaires et sévissant au Kivu? C’est l’information qui est parvenue à La Libre Afrique.be depuis Goma.

 
La libération des trois victimes du rapt – rapt qui avait provoqué la mort d’une femme ranger de 25 ans, et blessé une de ses collègues – a été annoncée dimanche par le ministre britannique des Affaires étrangères, Boris Johnson, et les responsables du parc des Virunga, le plus ancien d’Afrique. Selon le communiqué de ces derniers, les trois otages ont reçu dimanche un appui psychologique et des soins « médicaux » avant leur rapatriement. Le directeur général de l’Institut Congolais pour la Conservation de la Nature (ICCn), Cosma Wilungula, avait de son côté « remercié notre courageuse équipe pour avoir assuré une solution rapide de l’incident et le retour en sécurité des deux Britanniques ».
 
Aucune précision n’avait été donnée sur la manière dont l’affaire avait été si rapidement résolue, alors que les très nombreux rapts de Congolais qui ont lieu dans la région, en particulier dans le parc des Virunga par les dizaines de groupes armés qui y trouvent refuge, sont plus longs à trouver une issue.
 
Entrave au business
 
Selon les informations reçues de Goma par La Libre Afrique.be, l’attaque serait due aux FDLR, qui sévissent dans la région depuis plus de vingt ans et ont servi, à certaines époques, de troupes supplétives à l’armée congolaise. Avec les années, ces rebelles hutus rwandais se sont installés dans la région, où ils ont souvent fait souche; si les troupes de base vivent dans des conditions très difficiles en forêt (ceux des jeunes FDLR qui se rendent aux autorités rwandaises ont une taille inférieure à la moyenne en raison de la malnutrition qui est leur lot depuis l’enfance), les chefs ont diversifié leurs sources de financement au Kivu: distribution d’essence, hôtellerie et « makala », le charbon de bois qui sert à cuisiner dans tout le Congo.
 
Les FDLR fabriquent le « makala » à partir d’arbres du parc national des Virunga, zone protégée. Le revenu qu’ils tirent de cette activité illégale est estimé à 35 millions de dollars par an. Or, l’ICCN et l’armée mettent une forte pression, depuis quelque temps, pour empêcher cette destruction des arbres. Quelque 75 civils auraient trouvé la mort dans des opérations conjointes ICCN/armée congolaise depuis le 1er mai dernier.
 
Dans ce cadre, l’enlèvement des touristes britanniques et de leur chauffeur serait une réaction des FDLR à cette offensive.
 
Rançon payée?
 
Un journaliste en ligne de Goma, Valery Mukosasenge, affirme de son côté que les trois victimes du rapt du 11 mai ont été libérés après paiement d’une rançon de 200.000 dollars – montant qui avait été évoqué dès le 11 mai par la presse britannique. Il cite le président de la société civile du Territoire de Nyiragongo pour l’affirmer; cette personne, Mambo Kawaya, faisait partie de la commission mise en place pour retrouver les trois personnes enlevées.

Que pensez-vous de cet article?