RDC : Christian Luyindama, ex-TP Mazembe, devenu le « boss » belge

RDC : Christian Luyindama, ex-TP Mazembe, devenu le « boss » belge

Recontre avec  Christian Luyindama, ex-joueur du TPMazembe, devenu un pion incontournable de la défense du Standard de Liège.

Après un début de saison délicat, le joueur s’est imposé comme une valeur sûre du club liégeois. Un joueur adulé sur et en dehors du terrain. Un joueur qui a aussi imposé la chanson « Boss » de Koffi Olomidé comme chant de victoire dans les travées du stade.

Il a accepté de revenir avec nous sur sa toute première saison complète au Standard.

Christian Luyindama, vous avez l’air détendu…

« Oui, bien sûr, dans une semaine ce sont les vacances »

Il est donc temps de faire un bilan de la saison du Standard.

« C’est une belle saison, surtout que personne ne croyait en nous. Nous avons fait des exploits et à la fin, ça marchait pour nous, même si rien n’a été facile. »

Quel est votre plus beau souvenir cette saison ?

« La victoire en Coupe de Belgique. C’est mon meilleur souvenir collectif mais aussi individuel : c’est mon premier trophée pour ma première saison complète avec l’équipe. »

Un autre souvenir vient à l’esprit des supporters : votre but acrobatique contre Anderlecht.

« Oui, je m’en souviens. C’est un beau souvenir pour moi, surtout que c’est à domicile. Pour ma première saison, j’ai réussi des exploits, mais je dois encore travailler pour donner le meilleur de moi-même. »

Pourtant, en début de saison, vous étiez sur le banc.

« J’ai surtout eu des pépins physiques, des douleurs à la cuisse. J’étais souvent sur le banc, parfois même dans les gradins. Puis j’ai commencé à jouer lors du match contre Charleroi. Après, je ne suis plus sorti de l’équipe. »

En plus, vous êtes devenu l’un des chouchous de Sclessin…

« C’est vrai, le public m’aime bien. J’ai travaillé dur pour ça. »

Après les rencontres, vous aimez prendre le micro pour communier avec eux.

« C’’est le Standard ça, on aime le show, c’est notre mentalité. Nous sommes comme ça, et moi j’ai la mentalité Standard. »

Du coup, vous allez vous lancer dans la chanson avec votre équipier Paul-José Mpoku ?

« Avec Polo, nous allons faire un son dans le genre : (il se met à chanter) ‘Christian Luyindama boss boss, on est tous des boss boss’.”

Le public du Standard reprend cet hymne en plus !

« Quand tout le monde chante ‘boss boss’, moi ça me motive; j’ai des frissons et ça me fait du bien. »

Vous avez développé une véritable amitié avec Mpoku ?

« On peut le dire. Je ne le connaissais pas et je ne savais pas d’où il venait, mais maintenant nous sommes frères. »

Et vous connaissiez Mehdi Carcela (le numéro 10 du Standard, d’origine marocaine)  ?

« Pas du tout. La première fois que je l’ai vu jouer à l’entraînement j’ai pensé : ‘Il est petit, mais il a de la percussion’. Il nous a bien aidés cette année, il n’est pas mal (rires). »

Il n’y aura malheureusement plus de match au Standard pour vous cette saison; il faudra terminer à Charleroi.

« Il nous reste une rencontre à gagner pour terminer le travail et finir second du chamionnat. C’est important et je sens qu’on va s’imposer. Il faut surtout oublier la déception, assumer et repartir de l’avant. »

Cette victoire sera importante pour la Ligue des Champions. C’est un objectif pour vous de jouer cette compétition ?

« Mon objectif est de continuer à travailler et à progresser. Si je peux le faire en Ligue des Champions, alors je ne dis pas non. »

Cela veut dire que vous serez encore au Standard la saison prochaine ?

« J’ai encore deux ans de contrat; dans ma tête, je vais rester. Je sais qu’on a beaucoup parlé de l’Angleterre, mais je n’ai jamais eu d’offres. Le plus important pour moi c’est de jouer une deuxième saison au Standard avec la Ligue des Champions. »

Ricardo Sa Pinto, votre entraîneur, a réussi à vous faire donner le meilleur de vous-même cette saison, non ?

« Oui et je le remercie. Je l’encouragerai toujours. C’est un bon coach, qui a la mentalité Standard. Quand je le vois, c’est comme si je voyais mon père. Il a toujours été auprès de moi dans les moments difficiles, il a su me corriger et me motiver. Il m’a beaucoup aidé. »

Mais il ne sera peut-être plus le coach du Standard la saison prochaine.

« Il avait un contrat, après je ne sais pas ce qu’il va se passer. Mais il sera toujours dans mon cœur même s’il part. Il est et sera toujours mon papa. »

Que pensez-vous de cet article?

Derniers Articles

Journalistes

Dernières Vidéos