Nigeria: procès à Paris d’un réseau de prostitution nigérian

Nigeria: procès à Paris d’un réseau de prostitution nigérian

 
 
Le procès de seize personnes, principalement des femmes, soupçonnées d’avoir organisé en France un vaste réseau de prostitution de jeunes Nigérianes, s’est ouvert lundi devant le tribunal correctionnel de Paris pour une quinzaine de jours.

 
Une femme de 36 ans, Happy Iyenoma, est soupçonnée d’avoir été à la tête de ce réseau, baptisé « Authentic sisters » et organisé par des « mamas », des mères maquerelles nigérianes installées en France. Cette Nigériane aux cheveux courts et bandeau blanc comparaît libre sous contrôle judiciaire, ayant été remise en liberté d’office vendredi. « Votre mise en liberté résulte d’une erreur » de procédure, « ce ne sont pas les sorciers ayelalas qui ont gagné votre liberté », a ironisé la présidente du tribunal, Isabelle Prévost-Desprez, faisant référence à un culte très prégnant dans ce dossier.
 
Prostitution forcée
 
Les autres prévenus, dix femmes et cinq hommes âgés de 27 à 45 ans, nigérians pour la plupart, sont jugés comme elle pour traite d’êtres humains et proxénétisme aggravé. Quatre comparaissent détenus. Ils sont soupçonnés d’avoir fait venir illégalement en France de jeunes Nigérianes et d’avoir organisé leur prostitution forcée, entre 2013 et 2016.
 
Les enquêteurs ont compté au moins cinquante victimes. Une vingtaine, majoritairement majeures, ont pu être identifiées.
 
L’enquête avait débuté avec la plainte, en octobre 2014, d’une jeune femme qui disait avoir été recrutée au Nigeria par une femme lui faisant miroiter la poursuite de ses études en France. Elle avait raconté avoir été contrainte de se prostituer par Happy Iyenoma, à raison de quinze clients par jour pendant un an et demi.
 
Rituel de sorcellerie
 
Originaires de campagnes pauvres ou de Bénin City, les victimes sont souvent « vendues » à une « mama » par leurs familles qui contractaient ce faisant une « dette » à l’égard de la proxénète, sur fond de cérémonies mêlant argent et rituels de sorcellerie. Avant de partir, de nombreuses jeunes filles font objet d’un rituel « juju » au cours duquel elles subissent, souvent nues, yeux bandés, les incantations du sorcier et doivent manger cru le coeur d’un animal.
 
Les jeunes filles sont envoyées en Europe par le biais des filières d’immigration illégales, souvent tenues par les époux des « mamas ». Elles y arrivent par avion à l’aide de faux papiers, ou via la périlleuse route des migrants entre la Libye et l’Italie.
 
Le procès est prévu jusqu’au 30 mai.

Que pensez-vous de cet article?