Accusation contre Katumbi, l’accusateur a menti !

Accusation contre Katumbi, l’accusateur a menti !

Depuis ce mardi 8 mai, les huiles de la Kabilie multiplient les sorties médiatiques pour annoncer que Moïse Katumbi, le principal opposant au président hors mandat  Joseph Kabila, est en réalité un dangereux putschiste qui préparait une tentative de coup d’Etat à partir de l’Aru dans l’Ituri.

A tout seigneur, tout honneur, c’est le nouveau ministre de l’Intérieur, Henri Mova qui, flanqué du porte-parole de la police nationale, le colonel Pierrot Mwanamputu, a présenté à la presse Ibrahim Ahikitaba. Pour la Kabilie la prise vaut son pesant… d’or.

En effet, selon le colonel Mwanamputu, Ibrahim Ahikitaba est un militaire démobilisé depuis 2005. L’homme se serait alors reconverti dans l’exploitation d’or avant d’intégrer le mouvement rebelle de l’Alliance pour la libération du peuple congolais (ALPC). Un groupe armé qui opère en Ituri et dans le  Haut-Uélé.

Toujours selon la police congolaise, « Ibrahim Ahikitaba (parfois orthographié Ayiki Taban) a confirmé sur procès-verbal, les renseignements frais qui établissent à sa charge qu’en dates des 2 et 3 février 2017, au quartier Sambiya, à Kampala, en Ouganda, il a pris des contacts avec l’ex-colonel John Tshibangu et un lieutenant du nom de Masamba, en compagnie de plusieurs autres éléments en provenance, les uns de l’Afrique du sud, et les autres, de la Belgique, qui, tous, se sont déclarés être des émissaires du sieur Moïse Katumbi Chapwe ».

Des accusations qu’ont rejetées en bloc les avocats de Moïse Katumbi.

Ce mercredi 9 mai en toute fin de journée, La Libre Afrique a eu la confirmation par deux sources distinctes que le sieur Ibrahim Ahikitaba n’avait rien d’un rebelle et, surtout, qu’il était détenu dans les cachots de la Demiap depuis plus de 18 mois. On imagine mal les autorités carcérales congolaises lui octroyer un droit de sortie, en février dernier, pour se rendre les 2 et 3 février au quartier Sambiya, à Kampala, afin d’aider Moïse Katumbi à organiser son coupo d’Etat. Tout le show médiatique de ce mardi apparaît donc comme un nouveau montage grossier dans le seul but d’évincer Moïse Katumbi de la scène politique.

« Il a été arrêté comme d’autres  petits opérateurs économiques ou même des creuseurs qui ont réussi à se constituer un petit stock d’or », explique une de nos sources, haut gradé à la police nationale congolaise. « L’ANR se remplit les poches en arrêtant toutes ces personnes qui ont fait un peu d’argent. Pour éviter la prison, il faut leur céder votre cagnotte. Dans le cas contraire, c’est direct en prison et dans des conditions difficiles. Ibrahim Ahikitaba est un creuseur qui a refusé de céder au chantage, ce qui explique sa détention dans les cachots de la Demiap »

Pour confirmer ces propos, notre autre source parle notamment d’un cas similaire avec Bosco Atama. « Lui aussi était opérateur économique. Lui aussi avait réussi à accumuler un stock d’or assez intéressant. Assez en tout cas pour intéresser l’ANR qui l’a arrêté. L’homme a passé six mois en prison. On a aussi expliqué qu’il était à la tête d’une milice pour justifier son arrestation. L’homme a été relâché parce qu’il a révélé où il avait caché son or. Cest toujours le même scénario. »

Que pensez-vous de cet article?

Derniers Articles

Journalistes

Dernières Vidéos