RDC: le Comité laïc de coordination s’interroge sur la bonne foi de la Commission électorale

RDC: le Comité laïc de coordination s’interroge sur la bonne foi de la Commission électorale

Par MFC.

Le Comité laïc de coordination (CLC), proche de l’Eglise catholique et qui a organisé les trois marches de chrétiens pour le respect de l’Accord de la Saint-Sylvestre 2016, a publié un communiqué s’interrogeant sur la « bonne foi » de la Ceni (Commission électorale nationale indépendante) et du gouvernement Tshibala dans le processus électoral.

Le texte, daté du 8 avril, constate que la Ceni ne respecte pas « son propre calendrier » puisqu’elle n’a pas publié comme prévu, le 26 mars, la liste des regroupements de partis politiques devant participer aux élections. Qu’elle s' »entête » à imposer la machine à voter « décriée sur le plan national et international, acquise de surcroît dans des conditions non transparentes ». Que le collège d’experts internationaux qui doit accompagner la Ceni « dans toutes ses étapes » reste marginalisé.

En outre, le CLC « attire l’attention des partenaires sur le fait que le manque de confiance des éledteurs dans l’institution organisatrice des élections », soit la Ceni, « demeure un sujet plus que préoccupant qui exige une solution urgente ». Il constate en outre « la perte de crédibilité de la Cour Constitutionnelle à cause de ses décisions partisanes » alors qu’elle est chargée de valider les résultats électoraux.

https://afrique.lalibre.be/17663/rdc-demission-de-deux-juges-de-la-cour-constitutionnelle-a-8-mois-des-elections/

Toujours pas de respect de l’Accord de la St-Sylvestre

Le CLC constate par ailleurs, au sujet du gouvernement Tshibala, qu’il continue à « harceler » les journalistes, activistes des droits de l’homme et membres des mouvements citoyens. Qu’il ne libère pas les prisonniers politiques et d’opinion, comme prévu par l’Accord de la Saint-Sylvestre et qu’il continue d’interdire les manifestations publiques et à poursuivre les membres du CLC, contrairement à ce que demande une résolution du Conseil de sécurité du 27 mars.

Le CLC regrette aussi la fermeture de la « Maison Schengen », gérée par l’ambassade de Belgique à Kinshasa, qui octroie les visas pour plusieurs pays d’Europe, ainsi que « la légèreté avec laquelle les questions existentielles et humanitaires sont traitées » par le cabinet Tshibala. Et de demander à l’Onu « d’ignorer le refus du gouvernement congolais de prendre part à la conférence des donateurs » ce vendredi 13 avril à Genève et « insiste surtout pour qu’une aide humanitaire d’urgence soit accordée à ce peuple en danger ».

Que pensez-vous de cet article?

Derniers Articles

Journalistes

Dernières Vidéos