RDC : Encore un prêtre enlevé à Rutshuru

RDC : Encore un prêtre enlevé à Rutshuru

Par Esther Nsapu, correspondante dans l’Est de la RDC 

Un prêtre catholique a été enlevé dimanche 1er avril à Rutshuru par des hommes armés non identifiés. Il s’agit de l’abbé Célestin Ngango, curé de la paroisse catholique Saint-Paul Karambi depuis plus de 4 ans. La paroisse Saint-Paul  Karambi est située dans le groupement Busanza, dans le territoire de Rutshuru, dans la province du Nord-Kivu, à environ 60 kilomètres au nord de la ville de Goma.

Selon le vicaire général du diocèse de Goma, Louis De Gonzague Nzabanita, l’abbé Ngango enlevé, venait de célébrer la messe pascale lorsqu’il a été kidnappé par des hommes armés.

« C’était aux environs de 15 heures entre Nyarukwangara et Karambi, à 15 kilomètres au sud est de Rutshuru. Le curé revenait de la paroisse de Rugarama où il venait de célébrer la messe de la fête de Pâques, lorsque sa voiture a été arrêtée par des hommes armés qui l’ont emmené seul dans la brousse avant de tabasser ceux qui l’accompagnaient ».

Le vicaire général du diocèse de Goma, Louis De Gonzague Nzabanita a déclaré que les ravisseurs avaient pris contact avec les responsables de la paroisse Saint Paul de Karambi demandant une rançon de 500.000 dollars pour le relâcher. Une proposition incompréhensible pour le vicaire. Selon lui, le Curé Ngango n’est ni  politicien, ni homme d’affaires, c’est un homme de Dieu au service des chrétiens et des populations.

Cet enlèvement est le troisième après ceux de deux prêtres catholiques à Bambo dans la chefferie de Bwito, toujours en territoire de Rutshuru.

Kidnapping des femmes à Rutshuru

Le territoire de Rutshuru fait face à un regain d’insécurité perpétré par des groupes et des hommes armés non identifiés. Ces assaillants, commettent des kidnnaping, pillent, volent, violent et assassinent de paisibles citoyens.

Aujourd’hui la présence des groupes armés dans le territoire de Rutshuru empêche les femmes résidentes, déplacées et retournés d’aller aux champs. Selon Mme Agnès Kabeya assistante psychosociale à Intersos-UNHCR, la femme de Rutshuru est exposée et n’est pas protégée. Pourtant, la loi prévoit des sanctions par rapport aux violations dont elle est souvent victime, mais en raison de l’impunité, les violences faites aux femmes continuent.

Selon elle, 74 femmes ont été kidnappées depuis la mi-janvier principalement dans leurs champs.

Que pensez-vous de cet article?