RDC: 69% des Congolais n’ont pas confiance dans la Commission électorale

RDC: 69% des Congolais n’ont pas confiance dans la Commission électorale

Par MFC.

Le Groupe d’Etude sur le Congo (associé à l’Université de New York) et l’institut de sondage Berci publient ce vendredi un nouveau rapport basé sur l’étude de quatre sondages de l’opinion des citoyens de République démocratique du Congo en février, août et novembre 2017, ainsi qu’en janvier/février 2018, au sujet de la politique dans leur pays. Les chiffres les plus frappants indiquent que 80% des sondés ont une opinion défavorable du président hors mandat Joseph Kabila et 69% ne font pas confiance à la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) chargée d’organiser les élections fixées – cette fois – au 23 décembre prochain.

http://congoresearchgroup.org/nouveau-sondage-bercigec-un-electorat-sans-qui-manque-confiance-envers-le-processus-electoral-et-profondemment-sceptique-du-gouvernement/?lang=fr

On note aussi que 68% des personnes interrogées appuient les marches de chrétiens qui ont réclamé le respect de l’Accord de la Saint Sylvestre 2016 – par lequel le président Kabila était autorisé à rester au pouvoir au-delà de son derniermandat en échange de l’organisation, avec l’opposition, d’élections en décembre 2017; on sait qu’il a écarté l’opposition et n’a pas organisé les élections. Rien d’étonnant, donc, si 81% des Congolais pensent que le pays va dans la mauvaise direction (contre 72% en novembre 2017).

Effet des marches de chrétiens? En janvier/février 2018, 46% des sondés pensaient que ce sont les Congolais eux-mêmes qui ont le pouvoir d’apporter des changements, contre 31% pour qui c’est la communauté internationale, 8% pour qui ce sont les pays voisins et 13% qui laissent ce soin à Dieu.

82% de favorables à la Belgique

S’agissant de la communauté internationale, on note que 68% des sondés sont favorables aux sanctions imposées par l’Union européenne, les Etats-Unis et l’Onu. Après la dispute entre Kinshasa et Bruxelles, 82% approuvent la position de la Belgique (contre 55% à la mi-2016), pour 77% qui jugent positif le rôle des Etats-Unis, 73% celui de la Grande-Bretagne, 74% celui de l’Angola, 66% celui de la France et 60% celui de l’Afrique du Sud.

Quelque 95% des personnes interrogées ont l’intention d’aller voter (et 97% ont participé au processus d’enrôlement des électeurs) mais seuls 59% croient qu’elles auront lieu à la date prévue. Car 69% des Congolais ne font pas confiance à la Ceni (contre 54% un an plus tôt) et 72% ont une mauvaise opinion de son président, Corneille Nangaa (contre 54% il y a un an). Ils sont même 77% à souhaiter la création d’un Comité de pilotage international pour appuyer les élections, comme en 2006.

Joseph Kabila impopulaire

La faute des incertitudes actuelles est rejetée largement sur le président Joseph Kabila, dont 74% des sondés pensent qu’il devrait démissionner immédiatement pour permettre l’organisation d’élections; 69% pensent qu’il devrait déclarer clairement qu’il ne cherchera pas à amender la Constitution (pour rester au pouvoir) et ne sera pas candidat aux scrutins de décembre 2018. Seuls 47% des sondés approuveraient un nouveau dialogue; 23% approuveraient une élection du chef de l’Etat par le parlement (une des pistes lancées par les kabilistes pour rester au pouvoir) et 11 % accepteraient un amendement constitutionnel permettant un troisième mandat présidentiel. Au total, 80% des Congolais ont une mauvaise opinion de Joseph Kabila (8% de plus qu’en 2017).

Opinion défavorable aussi pour le Premier ministre Bruno Tshibala (70%, contre 60% en août 2017); pour Joseph Olengankoy, en charge du CNSA (comité de suivi de l’Accord de la St-Sylvestre), également à 70%.

A l’inverse, l’opposition est en hausse: 78% d’opinion favorable pour Moïse Katumbi; 66% pour Felix Tshisekedi (11% de plus qu’il y a un an); 72% pour Eve Bazaïba (MLC), soit une hausse de 40% par rapport à la mi-2016; 57% pour Martin Fayulu(contre 30% à la mi-2016); 56% pour Vital Kamerhe (contre 46% à la mi-2016); 50% pour Sindika Dokolo (contre 35% en août 2017). Les intentions de vote pour la présidentielle sont cependant plus basses: 24% pour Katumbi, 13% pour Tshisekedi, 9% pour Muzito (Palu) et Kamerhe, 6% pour Kabila.

Interrogés sur le parti pour lequel ils voteraient aux législatives, les sondés ont donné la préférence à l’UDPS/Tshisekedi (17%), puis au PPRD de Kabila (13%) et au MLC de Bemba (13%), ensuite à l’UNC de Kamerhe (10%), au Palu de Gizenga (9%) et à l’ARC de Kamitatu (5%).

Que pensez-vous de cet article?

Derniers Articles

Journalistes

Dernières Vidéos