RDC :  Manifestations de la Lucha dispersées à Goma et à Beni

RDC :  Manifestations de la Lucha dispersées à Goma et à Beni

Par Esther Nsapu, correspondante dans l’est de la RDC 

Les manifestations de la Lucha (Lutte pour le changement) ont été réprimées ce lundi 26 mars dans  différentes villes de la République démocratique du Congo entre autres à Goma et à Beni.

Dans une correspondance rendue publique la semaine dernière, la LUCHA expliquait vouloir soutenir le renforcement du mandat de la mission onusienne en RDC qui doit être votée ce mardi 27 mars, à travers une série de manifestations. 

« La mesure de suspension des manifestations politiques sur la place publique a été levée afin de permettre à tous les partis et regroupements politiques de mieux se préparer aux élections du 23 décembre prochain », a expliqué Marie-Ange Mushobekwa, ministre des Droits humains en RDC, le mardi 20 mars 2018 à la 37e session du Conseil des droits de l’homme, au cours du dialogue interactif sur la situation des droits de l’Homme en République démocratique du Congo, à Genève. 

« Au regard des événements de ce lundi, c’est comme-ci la mesure de suspension des manifestations politiques sur la place publique était toujours en vigueur dans certaines ville du pays », selon les membres du collectif 

Selon Ghislain Muhiwa, membre de la Lucha, cette série de sit-in vise à envoyer un message fort à la communauté internationale. Il s’agit d’une part de faire pression pour une transition sans Kabila mais également de faire pression pour contraindre le régime de Kabila à quitter le pouvoir. Selon lui, la Monusco est trop passive face à la répression et aux violations des droits humains en RDC. Elle devrait agir et être plus efficace.

A Goma, à peine leur sit-in débuté, les manifestants ont été dispersés par des tirs de sommation et des gaz lacrymogènes tirés par la police. Bilan un blessé. Plusieurs manifestants se sont refugiés au quartier général de Monusco où ils ont pu remettre leur mémo et échanger avec le chef de bureau.

A Béni, les manifestants ont été dispersés par la police avant même que les marcheurs n’atteignent le lieu prévu pour le sit-in. Le bilan fait état de trois blessés.

A Bukavu, les membres de la Lucha ont été reçus par le chef de bureau de la Monusco et ont déposé leur mémo sans être inquiétés par la police. La Monusco a promis de transmettre le document à la représentante spéciale du Secrétaire Général des Nations unies en RDC. 

Que pensez-vous de cet article?

Derniers Articles

Journalistes

Dernières Vidéos