RDC : La CENCO met la pression sur le Conseil de sécurité de l’ONU

RDC : La CENCO met la pression sur le Conseil de sécurité de l’ONU

Par Hubert Leclercq

L’abbé Nshole, secrétaire général de la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO), était ce 19 mars à la tribune de Conseil de scéurité des Nations Unies à New York.

L’occasion pour le prélat de faire le point sur la situation sécuritaire en République démocratique du Congo. L’abbé Nshole a dressé un tableau particulièrement inquiétant de la situation dans de nombreuses provinces du pays. De l’Ituri au Kasaï, en passant par le Tanganyika, le Nord et le Sud Kivu ou l’ex-Equateur, le contexte sécuritaire et humanitaire est dominé par le chaos et par un contexte général de violence dû à différents groupes armés, à des conflits interethniques mais aussi et surtout à l’absence de l’Etat.

Une « absence de l’autorité de l’Etat dans certaines zones du pays du fait de l’illégitimité des principales institutions », dira encore l’abbé Nshole, qui pointe aussi le fait que la crise politique actuelle tire ses origines de la non tenue des élections présidentielle et législatives dans le temps, « conformément à la Constitution de la RDC et à l’Accord de la Saint-Sylvestre. »

Eviter toute complaisance

Après ce constat, l’abbé Nshole a lancé les pistes qui pourraient permettre, selon la CENCO, de sortir de cette crise, pointant quatre grands axes.

  1. L’ONU doit plus s’investir et doit mettre la pression pour l’organisation des élections. Ce passage réellement démocratique  par les urnes est le seul moyen de « donner au peuple congolais des gouvernants capables de faire face à la crise multiforme qui ronge le pays », a expliqué l’abbé Nshole qui a insisté sur l’impérieuse nécessité de mettre en oeuvre l’intégralité des dispositions de l’Accord de la Saint-Sylvestre et de respecter le calendrier électoral. Deux points essentiels pour l’avenir du pays. L’abbé a mis en garde l’ONU: « La complaisance à ce niveau serait une bombe à retardement, car les élections qui nous ramèneraient à la case départ seraient un gâchis que la communauté internationale doit éviter ».
  2. L’abbé a encore insisté sur le renforcement du mandat de la Monusco. Elle doit être « dotée de moyens juridiques et matériels nécessaires pour la protection des civils, des personnes vulnérables et de leurs biens dans les zones où il y a des attaques et des violences récurrentes ».
  3. Il a par ailleurs aussi plaidé pour qu’une aide humanitaire d’urgence soit mise en place pour les populations victimes de l’insécurité et celles forcées de quitter leurs terres.
  4. Enfin, l’homme d’église a insisté sur le besoin de « mettre en place un plan de développement économique de la RDC d’après élections ». Un plan vital pour aider à la relance du pays qui n’a cessé de s’enfoncer dans le chaos depuis deux décennies.

INTEGRAL DU BRIEFING DE LA CENCO AU CONSEIL DE SECURITE ONU

Que pensez-vous de cet article?

Derniers Articles

Journalistes

Dernières Vidéos