Une Camerounaise rejoint la commission d’enquête de l’ONU sur le Burundi

Une Camerounaise rejoint la commission d’enquête de l’ONU sur le Burundi

La Camerounaise Lucy Asuagbor va remplacer la Béninoise Reina Alapini Gansu, élue comme juge à la Cour pénale internationale (CPI), au sein de la commission d’enquête indépendante sur le Burundi. Elle a été nommée lundi par le président du Conseil des droits de l’homme de l’ONU, Vojislav Suc à Genève. Mme Asuagbor rejoint le Sénégalais Doudou Diène, nommé début février comme président de la commission, et la Britannique Françoise Hampson, membre depuis novembre 2016.

Elle a oeuvré notamment comme juge de la Cour suprême de son pays et dans la Commission africaine des droits de l’homme. Elle est actuellement rapporteuse spéciale sur les droits des femmes en Afrique.

Lancée en septembre 2016 et prolongée en septembre dernier, la commission d’enquête sur le Burundi mène des investigations sur les violences liées au processus électoral en 2015. Elle doit dialoguer en mars prochain sur ses récentes conclusions avec le Conseil des droits de l’homme. Dans son rapport présenté début septembre, elle avait recommandé l’ouverture d’une procédure formelle par la CPI.

« La plupart » des violences observées constituent des crimes contre l’humanité, avait expliqué alors son ex-président Fatsah Ouguergouz. Il avait ciblé des responsables « au plus haut sommet de l’Etat ». Les violences en lien avec le processus électoral en 2015 ont fait de 500 à 2.000 victimes et plus de 400’000 réfugiés.

La commission a identifié des centaines d’exécutions extrajudiciaires et cas de torture, des milliers d’arrestations et de détentions arbitraires et des dizaines de violences sexuelles et de disparitions forcées. La plupart de ces actes sont attribués aux forces de sécurité ou aux milices progouvernementales.​

Que pensez-vous de cet article?

Derniers Articles

Journalistes

Dernières Vidéos