Afrique du Sud: les pays voisins cessent d’importer la viande

Afrique du Sud: les pays voisins cessent d’importer la viande

Plusieurs pays d’Afrique australe ont suspendu partiellement lundi leurs importations de viandes prêtes à consommer provenant d’Afrique du Sud et rappelé les produits incriminés, après l’identification des sources de contamination de la pire épidémie de listériose au monde, qui a fait au moins 180 morts dans ce pays.

Le Mozambique a décidé de suspendre avec effet immédiat les importations de salamis, saucisses de Francfort et autres jambons produits en Afrique du Sud. « Nous travaillons avec tous les restaurants, hôtels… pour récupérer ces produits » qui seront brûlés, ont ajouté les autorités mozambicaines placées « en alerte ».

Deux entreprises contaminées

La Namibie a, elle, suspendu les importations de ces mêmes produits provenant des deux sociétés incriminées, Enterprise Foods et Rainbow Chickens. Le Botswana a quant à lui rappelé ces articles « avec effet immédiat », et la Zambie appelé les supermarchés sud-africains exerçant des activités sur son territoire à retirer de leurs étals les produits montrés du doigt.

Dimanche, les autorités sud-africaines ont annoncé avoir enfin identifié la source de contamination de la pire épidémie de listériose jamais enregistrée dans le monde, la société Enterprise Food en Afrique du Sud. La bactérie qui provoque la listériose a également été identifiée dans un échantillon provenant de l’une des usines sud-africaines de Rainbow Chickens, selon le ministre de la Santé Aaron Motsoaledi.

Un millier de malades

Depuis janvier 2017, la listériose – causée par des bactéries présentes dans le sol, l’eau, la végétation et les excréments d’animaux, elle peut contaminer la nourriture, notamment la viande, les produits laitiers et les produits de la mer – a fait au moins 180 morts en Afrique du Sud. Un total de 948 personnes l’ont contractée.

Les personnes les plus vulnérables sont notamment les prématurés et les femmes enceintes.

Lundi, Lawrence MacDougall, le PDG de Tiger Brands, qui possède Enterprise Foods, a estimé qu' »il n’y avait pas de lien direct entre les décès » et les produits de sa société incriminés. « Nous sommes extrêmement vigilants et prudents. Nous rappelons tous nos produits provenant de nos deux usines » concernées, a-t-il ajouté lors d’une conférence de presse. En 2017, les produits de la marque Enterprise représentaient 28,2% des ventes de viandes transformées en Afrique du Sud pour un marché de 6,2 milliards de rands (4,2 milliards d’euros).

Des consommateurs en colère se sont rassemblés lundi devant des usines d’Enterprise Foood en Afrique du Sud. « Je suis ici pour qu’on me rembourse (…). Je ramène tous les articles d’Enterprise parce que j’ai entendu à la télévision hier soir qu’on devait ramener les produits », a expliqué un consommateur, Bongani Mavuso.

Que pensez-vous de cet article?