Afrique sub-saharienne: vers une nouvelle crise de la dette?

Afrique sub-saharienne: vers  une nouvelle crise de la dette?

Par MFC

Credendo (ex-Ducroire), organisme public belge de garantie des exportations et des investissements à l’étranger, s’inquiète dans un récent rapport, de la nouvelle accumulation de dette publique en Afrique sub-saharienne. Jamais les taux d’endettement n’ont été aussi hauts depuis que la région a bénéficié des politiques internationales d’allègement de la dette, à l’aube de ce siècle.

https://www.credendo.com/country-news/rapid-public-debt-build-sub-saharan-africa

Si la dette publique a augmenté partout au cours des dix dernières années, l’Afrique sub-saharienne et le Moyen-Orient sont particulièrement touchés. Ce sont les pays africains exportateurs de pétrole qui ont vu leur niveau d’endettement s’accroître le plus rapidement: de 32,2% en moyenne, fin 2014, à une estimation de 45% fin 2017 (soit quelque 40% de hausse), note le rapport.

Ce qui inquiète les auteurs de celui-ci étant donné que les taux d’intérêt sur les emprunts publics sont plus élevés en Afrique sub-saharienne qu’ailleurs, alors que les capacités de l’Etat à engranger des revenus y sont plus faibles. En outre, les emprunts publics se font de plus en plus souvent à des taux commerciaux, plus élevés, et sans transparence. Ils se font souvent en devises, ce qui expose le pays emprunteur au risque de change défavorable. Enfin, comme les revenus des exportations ont grandi à une moindre vitesse, « cela pose question sur les capacités de certains pays de rembourser leur dette extérieure ».

De plus en plus de pays avec important déficit

En 2011-13, note le rapport, il n’y avait ainsi que cinq pays de la région avec un déficit budgétaire de plus de 5% du PIB par an; en 2016, ils étaient 23 dans cette situation.

Depuis 2015, la dette extérieure est nettement supérieure aux recettes d’exportation, ce qui ne s’était plus vu depuis 2004; l’Afrique sub-saharienne a en effet dû faire face à la chute des prix des matières premières depuis 2014. Le nombre de pays de la région dont le ratio entre la dette extérieure et les exportations dépasse 150% est ainsi passé de 9 en 2012 à 20 fin 2016; et pour 13 de ces derniers, le taux dépasse 200% – un élément alarmant lorsque l’on sait que dix de ces treize pays ont bénéficié de l’Initiative pour les pays pauvres très endettés (PPTE) lancée par le FMI et la Banque mondiale à partir de 1996 pour maintenir la dette à un niveau soutenable.

Le rapport, qui fournit des détails sur quelques pays, conclut à l’importance, pour les pays d’Afrique sud-saharienne, d’équilibrer leurs besoins en investissements et la gestion des finances publiques « si on veut prévenir une nouvelle crise de la dette ».

Que pensez-vous de cet article?

Derniers Articles

Journalistes

Dernières Vidéos