RDC: condamnés à gagner « pour le bonheur du Congo »

RDC: condamnés à gagner « pour le bonheur du Congo »

Par MFC.

Deux personnes sont mortes lors des marches pacifique de chrétiens contre le régime du président hors mandat Joseph Kabila, dimanche, en République democratique du Congo. « Pas de répit », annoncent les organisateurs du Comité laïc de coordination.

Selon le porte-parole de l’épiscopat, Donatien Nshole, la répression des marches de chrétiens contre la prolongation du régime Kabila a fait deux morts. Un jeune homme de 21 ans a été tué à Mbandaka (Equateur, au nord ouest du pays); selon l’abbé Nshole, il a été abattu « par un garde fluvial qui n’avait rien à voir avec le maintien de l’ordre ».

Un chercheur en Relation internationales

L’autre victime, abattue à Kinshasa, dans l’enceinte de la paroisse St-Benoît à Lemba, a été tuée d’une balle en pleine poitrine – « tirée à bout portant » par un policier, selon son frère, qui était à ses côtés. Cette victime-là est un activiste connu de la société civile, Rossy Mukendi Tshimanga, 36 ans, chercheur à l’Institut panafricain des Relations internationales et stratégiques. Selon la presse de Kinshasa, il fut un collaborateur du professeur Philipe Biyoya, docteur en Sciences politiques et Relations internationales, ancien membre du Collège politique et diplomatique au cabinet du président Kabila avant son décès, survenu en 2015.

Rossy Mukendi avait écrit un ouvrage publié la même année, « De la renaissance de la RDC dans le contexte géo-politique post-blocs », sur la recontruction du pays. Le 30 novembre 2017, alors que la lutte contre l’incrustation de Joseph Kabila à la présidence était déjà en cours, il avait tweeté: « Nous sommes cette génération qui n’est pas destinée à perdre… la victoire nous condamne pour le bonheur de nos propres enfants et du Congo! ».

Lubumbashi: refus d’accuser réception

Dans tout le pays, des marches ont démarré avant d’être réprimées par la violence policière. A Lubumbashi, des chrétiens ont marché à l’issue de la première messe à la cathédrale St-Pierre et Paul; parmi eux marchait le député national Fabien Mutomb, de l’UDPS. Ils ont été dispersé par la police. Dans la commune de Katuba, des manifestants ont brûlé des pneus devant la paroisse Ste-Bernadette et la police a tiré à balle réelles pour les disperser – apparemment sans faire de victimes.

Samedi, le maire de Lubumbashi avait reçu le courrier du CLC local l’informant – comme le veut la Constitution – de la marche des chrétiens dans cette ville, en avait même tiré des copies mais avait refusé d’en accuser réception.

Selon un communiqué du CLC à Kinshasa, ce lundi, Plus de 3 millions de Congolais ont marché dimanche contre le maintien au pouvoir du président Kabila en dépit de la Constitution. « Il n’y aura pas de répit pour le pouvoir en place tant que nous n’aurons pas retrouvé notre dignité et notre liberté », ont indiqué les organisateurs des marches.

Que pensez-vous de cet article?

Derniers Articles

Journalistes

Dernières Vidéos