RDC : Les évêques dénoncent « l’aggravation » de la crise

RDC : Les évêques dénoncent « l’aggravation » de la crise

Par MFC

La Conférence épiscopale congolaise (CENCO) s’est réunie du 15 au 17 février en assemblée extraordinaire « à cause de la persistance et de l’aggravation de la crise sociopolitique du pays ». Elle a publié un communiqué à l’issue de ses travaux.

Observant, « suite aux appels constants de la Cenco », dit le texte, « un éveil de la conscience du peuple congolais », les évêques constatent avec douleur qu' »alors que nous sommes censés nous préparer à la tenue des élections en vue d’une alternance pacifique au pouvoir », les Congolais doivent faire face à des « faits très graves ».

Répression, menaces et diffamation

Et d’énumérer « la répression sanglante des marches pacifiques »; « la campagne de dénigrement et de diffamation de l’Eglise catholique », en particulier envers le cardinal Laurent Monsengwo, auquel les evêques « réaffirment leur soutien et leur proximité » et promettent qu’ils « n’abandonneront jamais leur engagement pour l’avènement d’un Etat de droit » au Congo; l’extension « inquiétante des zones d’insécurité », notamment en Ituri, qui « fait penser à la mise en œuvre d’un plan d’occupation et de balkanisation constamment dénoncé »; l’application « sélective et biaisée » de l’Accord de la Saint-Sylvestre 2016, qui balise le chemin vers des élections consensuelles; la polémique suscitée par la machine à voter. Ces deux derniers points, soulignent les évêques, ne peuvent « que conduire » à la contestations des résultats électoraux.

La Cenco fait plusieurs recommandations. « L’application intégrale et effective des dispositions en souffrance de l’Accord de la St-Sylvestre »; l’annulation des édits interdisant les manifestations pacifiques; des poursuites envers ceux qui y ont commis des actes délictueux; la fin des menaces et poursuites contre les organisateurs des marches pacifiques. La Cenco demande aussi à la commission électorale de « lever l’équivoque et les suspicions autour de la machine à voter en acceptant sa certification par des experts nationaux et internationaux ». Et recommande au peuple congolais « de demeurer debout et vigilant » et de « barrer pacifiquement la route à toute tentative de confiscation ou de prise de pouvoir par des voies non démocratiques et anticonstitutionnelles ».

Enfin, les évêques demandent à la communauté internationale « de continuer à accompagner » la RDC « dans le processus électoral et à placer le bien du peuple congolais au-dessus de ses intérêts ».

Que pensez-vous de cet article?

Derniers Articles

Journalistes

Dernières Vidéos