RDC: le diplôme de Matata Ponyo récusé par le pr. Mabi Mulumba

RDC: le diplôme de Matata Ponyo récusé par le pr. Mabi Mulumba

Par Marie-France Cros

Le 3 février dernier, la presse kinoise annonçait que l’ancien Premier ministre (2012-2016) Augustin Matata Ponyo – dont le nom est cité aujourd’hui parmi les favoris pour être le dauphin du président hors mandat Joseph Kabila – avait été proclamé « avec grande distinction » docteur en Sciences économiques par l’Université protestante au Congo, après avoir soutenu sa thèse, intitulée « Qualité de l’ajustement budgétaire et croissance économique: cas de la République démocratique du Congo (1974-2015) ». Un texte de « plus de 531 pages », selon l’Agence congolaise de presse.

« La mort dans l’âme »

La Libre Afrique.be a reçu copie de la lettre datée du mardi 13 février et envoyée par le professeur Evariste Mabi Mulumba au recteur de l’Université protestante au Congo, Mgr Ngoy Boliya, pour lui présenter « la mort dans l’âme » sa démission de directeur de l’Ecole doctorale de la faculté d’Administration des Affaires et Sciences économiques de l’établissement universitaire.

« Notre décision est justifiée par de graves irrégularités ayant émaillé le processus de présentation de la thèse de Monsieur Matata Ponyo Mapon admis comme doctorant à notre Ecole doctorale ». Irrégularités dont le professeur Mabi souligne qu’il en avait « alerté plus d’une fois et suffisamment à temps » le recteur.

Irrégularités

En cause, selon le pr. Mabi: la durée pour obtenir le diplôme doit légalement être de 3 à 5 ans et M. Matata l’a obtenu en « moins de trois ans », entre janvier 2016 et février 2018.

En outre, le jury n’était pas valablement composé, ajoute le professeur, qui précise qu’il comprenait trois membres du Comité d’encadrement au lieu d’un seul autorisé et deux professeurs associés alors qu’ils ne sont pas admis dans ce jury selon l’arrêté ministériel ad hoc. De plus, la proposition de ce jury a été faite sans concertation avec l’Ecole doctorale ni le Conseil de faculté comme il aurait fallu et, malgré cela, le recteur de l’Université l’a acceptée le 17 novembre 2017.

Enfin, ajoute le pr. Mabi, l’Ecole doctorale était absente du PV attestant de la finalisation de la thèse.

Le professeur conclut en indiquant que sa démission de l’Ecole doctorale vise à défendre la « crédibilité » de celle-ci.

Que pensez-vous de cet article?

Derniers Articles

Journalistes

Dernières Vidéos