Un pavillon littéraire africain va voyager entre Bruxelles, Paris et Genève

Un pavillon littéraire africain va voyager entre Bruxelles, Paris et Genève

Dans cet espace, le plus grand de la Foire du Livre de Bruxelles, se croiseront les auteurs venus d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique, du jeudi 22 au dimanche 25 février. Le pavillon sera ensuite présent à Paris (16 au 19 mars) et à Genève (25 au 29 avril). Prélude à un Salon du Livre en Afrique en 2019 ?

Avec ses 250 m², le Pavillon des Lettres d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique s’annonce comme le plus grand stand de la Foire du Livre de Bruxelles 2018. Le lieu accueillera une librairie «avec l’offre la plus diversifiée possible d’auteurs africains francophones» et différentes délégations nationales, emmenées par le ministre de la culture de Côte d’Ivoire, Maurice Kouakou Bandaman. «Ensemble, ils pourront évoquer la situation du livre dans leur pays respectif.» Lectures, débats, signatures en feront un lieu où se donner rendez-vous du jeudi 22 au dimanche 25 février.

Une vingtaine d’auteurs sont attendus à Bruxelles, embrassant tous les genres littéraires – BD, romans, essais, polars, poésie, slam, etc. – et 34 rencontres seront organisées durant les quatre journées de programmation.

Débats, rencontres, tables-rondes

Des tables-rondes autour de l’édition, de la distribution et de la diffusion numérique y seront organisées (cf. programme ci-dessous). Et des thématiques plus spécifiques telles que l’afro-féminisme ou l’attention accordée à la transmission et à la jeunesse seront abordées. Sans oublier les questions historiques et politiques dont certaines restent toujours épineuses aujourd’hui.
Un espace sera dédié à différentes animations et aux livres en tant que «passerelles vers les différents arts et les industries culturelles»: cinéma, mode, théâtre, photo, arts plastiques, etc. Ce projet d’envergure, balayant l’Afrique du Nord au Sud et d’Est en Ouest mais aussi les Caraïbes et le Pacifique, est largement soutenu par l’équipe de la Foire du Livre de Bruxelles.

L’idée est née de la détermination et de l’enthousiasme d’Aminata Diop qui l’a mise en place au Salon du livre de Paris en 2017. Elle souhaitait ainsi «développer les synergies entre différents acteurs du continent africain (Mali, Sénégal, Congo, Mauritanie, Côte d’Ivoire, etc .) afin de renforcer l’industrie du livre en Afrique et améliorer sa visibilité en Europe.»
Directrice de Projets chez Hopscotch Africa, la Franco-Sénégalaise était déjà programmatrice du stand “Livres et Auteurs du Bassin du Congo”, installé de 2010 à 2016 au Salon du Livre de Paris. Le Pavillon des Lettres en est la prolongation directe.

Aminata Diop en 2017

Après son succès à Paris en 2017, «Aminata cherchait à rendre son Pavillon itinérant et souhaitait s’associer avec des partenaires locaux. Aujourd’hui, elle met le cap sur Bruxelles et s’installera ensuite à Genève, avec l’idée d’organiser, à moyen terme, un salon du Livre en Afrique en 2019. Pour l’édition bruxelloise, le CEC (Coopération Education Culture) et l’Agence Culturelle africaine (ACA) ont été séduits par le projet et ont décidé de lui emboîter le pas» explique Dominique Gillerot du CEC.

Diasporas et ateliers de la pensée

L’affiche s’annonce particulièrement alléchante avec des plumes reconnues venues de toute l’Afrique et de la diaspora: Tierno Monenembo (Renaudot 2008 et Grand prix de la Francophonie 2017), Kangni Alem, Florent Couao-Zotti, Kidi Bebey, Elikia M’Bokolo, Barly Baruti, Wilfried N’Sonde, Véronique Tadjo, Joseph Ndwaniye,… Mais aussi de jeunes plumes comme Mohamed Mbougar Sarr, Assumani Budagwa…

«Parmi les auteurs très attendus, on note Kossi Efoui, Rodney Saint-Eloi et Felwine Sarr qui ont tous les trois participé aux fameux Ateliers de la pensée» qui se sont tenus en octobre dernier au Sénégal. Sans oublier des auteurs d’Afrique du Nord comme les Marocains Fouad Laroui («L’insoumise de la porte de Flandre») et Youssef Fadel, ou le Tunisien Yamen Manai qui a obtenu le Prix des Cinq continents de la Francophonie.
Soit autant d’occasions pour le public de mieux explorer et de dialoguer avec leurs auteurs préférés et de (re)découvrir les littératures nées au Bénin, Burundi, Cameroun, Congo, Côte d’Ivoire, Gabon, Guinée, RDC, Sénégal, Rwanda, Togo, etc.

Karin Tshidimba

Que pensez-vous de cet article?