RDC: le Congrès de l’UDPS les 26 et 27 février

RDC: le Congrès de l’UDPS les 26 et 27 février

L’UDPS, parti historique de l’opposition congolaise, a annoncé la tenue de son deuxième congrès fin février pour désigner son nouveau président et potentiel candidat à la présidentielle en cas de scrutin.

L’Union pour la Démocratie et le Progrès social se réunira en congrès les 26 et 27 février à son siège de Limete à Kinshasa, a annoncé son secrétaire général, Jean-Marc Kabund, lors d’un point de presse. Il s’agit de désigner le successeur de son défunt président, Étienne Tshisekedi, décédé le 1er février 2017 à Bruxelles et dont le corps n’a toujours pas été rapatrié ni inhumé en RDC faute d’accord entre les autorités, la famille et l’UDPS.

Félix candidat à la présidence du parti

Le fils d’Étienne Tshisekedi, Félix, « est candidat à la présidence du parti évidemment », a indiqué à l’AFP son porte-parole et secrétaire national, Abraham Luakabuanga. « Si Félix Tshisekedi est retenu comme président de l’UDPS, il sera candidat à la présidentielle », a-t-il ajouté.

L’UDPS avait lancé lundi, par la voix de son porte-parole, Augustin Kabuya, un appel « à la contribution financière » des fédérations et structures du parti pour organiser ce congrès extraordinaire. Des élections présidentielle, législatives et provinciales sont annoncées en RDC le 23 décembre prochain pour organiser le départ du président Joseph Kabila, dont le deuxième et dernier mandat a pris fin le 19 décembre 2016 mais des opposants et des représentants de la société civile soupçonnent le président Kabila de vouloir rester au pouvoir par tous les moyens (nouveau report des élections, référendum constitutionnel…).

D’autres candidats à la Présidence

L’UDPS est membre du Rassemblement de l’opposition (Rassop) dont deux autres membres ont déjà fait acte de candidature à l’élection présidentielle. Il s’agit de l’ex-gouverneur du Katanga Moïse Katumbi Chapwe, passé à l’opposition en 2015 avec sept partis qui se ont formé le « G7 », et d’un député, Martin Fayulu.

Un autre parti revendique l’héritage politique d’Étienne Tshisekedi et le nom de l’UDPS, celui de l’actuel Premier ministre Bruno Tshibala. La presse kinoise parle d' »UDPS-Limete » pour le parti de M. Tshisekedi et d' »UDPS-Tshibala » pour celui du Premier ministre, rallié au président Kabila. L’UDPS-Limete considère que M. Tshibala s’est « auto-exclu » en acceptant le poste de Premier ministre. L’UDPS-Tshibala a tenu son propre congrès en décembre.

Que pensez-vous de cet article?