RDC: un pasteur critique aurait choisi la fuite

RDC: un pasteur critique aurait choisi la fuite

 L’Eglise du Christ au Congo a annoncé la disparition du pasteur Ekofo, qui s’était montré critique du régime lors de la messe de commémoration de l’assassinat de Laurent Kabila, le 16 janvier, et a demandé de « prier pour lui ». Selon la Monusco, il aurait quitté le pays.

Selon le communiqué de l’Eglise du Christ au Congo (principale dénomination protestante), publié mercredi, celle-ci est « sans nouvelle de son pasteur François David Ekofo depuis le dimanche 4 février ». Et de demander aux fidèles protestants de prier pour lui et pour la paix en République démocratique du Congo (RDC).
 
Prêche critique du régime
 
Le pasteur Ekofo avait acquis une célébrité nationale le 16 janvier dernier. Alors qu’était retransmise en direct, à la télévision nationale, une messe d’hommage à Laurent Kabila, père du président hors mandat Joseph Kabila, assassiné le 16 janvier 2001, le pasteur Ekofo avait tenu des propos inattendus. Devant le ban et l’arrière-ban du régime, le célébrant avait invité à « passer le relais » (les Congolais y ont vu une allusion au chef de l’Etat qui refuse de quitter le pouvoir malgré la fin de son mandat en décembre 2016), critiqué l’absence d’Etat et la pauvreté dans laquelle vivent les Congolais malgré les richesses du pays.
 
Ce prêche, malgré son ton très diplomatique, avait été vu dans le pays comme une gifle aux kabilistes, alors que le cardinal catholique, Mgr Laurent Monsengwo, venait d’inviter « les médiocres » au pouvoir à « dégager » et que les chrétiens avaient organisé leur première marche pacifique pour demander au président Kabila de respecter l’Accord de la Saint-Sylvestre 2016, qui prévoit qu’il organise des élections crédibles en accord avec l’opposition. Des protestants et des kimbanguistes s’étaient joints à cette marche; la seconde, cinq jours plus tard, verra une participation accrue et le concours de musulmans. Une gifle d’autant plus humiliante que, selon la Voix de l’Amérique, le pasteur Ekofo était l’aumônier de la famille présidentielle.
 
Menacé de mort, il fuit. Aux Etats-Unis?
 
Le média kinois 7sur7.cd affirme que le pasteur avait été menacé de mort par les services de sécurité juste après son prêche du 16 janvier. La Voix de l’Amérique indique qu’il avait alors plongé dans la clandestinité. Selon la Monusco (Mission de l’Onu au Congo), le pasteur Ekofo a pris samedi 3 février un vol de l’Onu (pratique courante en RDC, où les vols intérieurs dans de bonnes conditions de sécurité sont très limités) Kinshasa-Goma-Entebbe (Ouganda). L’AFP cite à son tour « un proche du pasteur Ekofo qui a requis l’anonymat », assurant que le fugitif s’est rendu aux Etats-Unis – ce qui n’a pu être vérifié par la Voix de l’Amérique.
 
Selon le proche du pasteur cité par l’AFP, le communiqué publié par l’Eglise du Christ au Congo vise à la « disculper » alors que « Ekofo n’a pas été soutenu » par sa hiérarchie après son prêche audacieux. 

Le président de l’Eglise du Christ au Congo jusqu’en août 2017, Mgr Marini Bodho (qui, à 80 ans, s’est marié, ce 5 janvier, à une Hollandaise), est un proche des Kabila; il a béni le mariage de Joseph Kabila en 2006.

 
MFC

Que pensez-vous de cet article?

Derniers Articles

Journalistes

Dernières Vidéos