RDC: les ministres congolais se parlent-ils?

RDC: les ministres congolais se parlent-ils?

Par Marie-France Cros

Le 25 janvier dernier, le ministère congolais des Affaires étrangères annonçant la volonté de Kinshasa de fermer l’agence belge de coopération et la Maison Schengen en République démocratique du Congo (RDC) assurait: « La coopération au développement belge n’est ni indispensable aux autorités congolaises, ni vitale pour la vaillante et mature population de RDC et, du reste, n’a pas été demandée par les autorités congolaises ».

Le 31 janvier, décrété par le régime du président hors mandat Joseph kabila « Journée nationale de la trypanosomiase » (maladie du sommeil) – elle n’existe pratiquement plus qu’en RDC, qui compte 80% des cas dans le monde faute d’avoir lutté sérieusement contre le problème – le ministre congolais de la Santé a déclaré, selon Radio Okapi, que la maladie ne bénéficiait pas d’une « attention soutenue » de la part des bailleurs de fonds. Et d’interpeller des acteurs extérieurs, comme la Fondation Gates, l’Organisation mondiale de la Santé ou l’Institut des Maladies tropicales d’Anvers.

Le ministre sait-il que la santé publique en RDC est de son ressort? Que c’est à lui et à son gouvernement de faire quelque chose? Est-il au courant que son collègue des Affaires étrangères a annoncé que le pays n’avait pas besoin de l’aide belge? Que celle-ci n’a pas été demandée par Kinshasa? Se parlent-ils entre ministres?

Que pensez-vous de cet article?