RDC: la maison Schengen fermée jeudi et vendredi

RDC: la maison Schengen fermée jeudi et vendredi

 
Par Marie-France Cros.
 
La Maison Schengen de Kinshasa, gérée par la Belgique et qui délivre des visas à des Congolais désireux de se rendre dans les pays de l’espace Schengen, restera fermée jeudi 1er et vendredi 2 février « pour des raisons indépendantes de (sa) volonté », a-t-elle annoncé dans un communiqué. « Nous tiendrons le public de la Maison Schengen informé de l’évolution de la situation et de la suite des procédures », ajoute le communiqué.

 
Les autorités congolaises avaient signifié il y a une semaine leur intention de fermer la Maison Schengen, ajoutant que cela obligerait les ambassades concernées à « reprendre leurs responsabilités » en matière de visa « dans un délai qui sera communiqué par voie diplomatique ». Et ce 31 janvier, le directeur général de la direction des Migrations, au ministère de l’Intérieur congolais, avait convoqué à une « séance de travail » tous les consuls et consuls généraux des pays de l’espace Schengen.
 
Ce dernier comprend 29 Etats européens: 22 Etats membres de l’Union européenne (Allemagne, Autriche, Belgique, Danemark, Espagne, Estonie, Finlande, France, Grèce, Hongrie, Italie, Lettonie, Lituanie, Luxembourg, Malte, Pays-Bas, Pologne, Portugal, Slovaquie, Slovénie, Suède, République tchèque), 4 Etats associés (Islande, Liechtenstein, Norvège, Suisse) et 3 micro-Etats (Monaco, St-Marin, le Vatican).
 
Affaire intérieure
 
Comme l’écrivait La Libre Afrique.be le 25 janvier dernier, il semble peu vraisemblable que ce soit à Kinshasa de décider de la manière dont les pays de l’espace Schengen délivrent leurs visas, affaire intérieure s’il en est.
 
La Maison Schengen est une annexe à la section consulaire de l’ambassade de Belgique, qui a été mise en place en 2010, pour des raisons pratiques. Comme la Belgique est le point d’entrée dans l’espace Schengen le plus utilisé par les Congolais, c’est à son ambassade à Kinshasa que la plupart des demandeurs de visa Schengen déposaient leurs dossier. Il y avait ainsi de longues queues à l’ambassade, dépassant parfois 300 personnes. Délocaliser les services consulaires belges dans un autre bâtiment, baptisé Maison Schengen, a mis fin à l’encombrement de l’ambassade. L’initiative avait été mise en valeur parce qu’elle était un symbole de l’union des Européens. Reste que l’administration qui y travaille, c’est le personnel consulaire belge et que les décisions concernant les visas Schengen relèvent exclusivement des Européens.
 
Tracas et faux documents
 
A supposer que ceux-ci veuillent satisfaire Kinshasa – qui souhaite voir les ambassades européennes « reprendre leurs responsabilités » dès le 15 février – c’est impossible dans de tels délais.
 
Il faut noter, en outre, que non seulement la Maison Schengen délivre des visas permettant à des Congolais de se rendre dans des pays européens qui n’ont pas d’ambassade à Kinshasa, mais que ceux qui y ont une représentation diplomatique sont plusieurs à se reposer sur l’expérience belge pour détecter le plus gros des faux documents présentés pour obtenir un visa. Un très grand nombre de faux documents circulent en effet en RDC, pays connu pour la débrouillardise de ses habitants. Ceux-ci sont en effet affectés depuis longtemps par la quasi absence d’Etat – qu’a encore stigmatisée le pasteur Ekofo lors de la messe à la mémoire de Laurent Kabila, le 16 janvier dernier – et ont développé une grande variété de technique de « survie » en milieu difficile.

Que pensez-vous de cet article?