RDC: la grande peur du choléra

RDC: la grande peur du choléra

 
L’heure est à la mobilisation contre le choléra à Kinshasa, surtout dans le quartier camp Luka, épicentre de l’épidémie au coeur de la troisième mégapole africaine qui souffre de gros problèmes de distribution et d’évacuation des eaux.

 
Au total « 803 cas suspects et 32 décès ont été enregistrés depuis le 25 novembre » parmi les quelque 10 millions d’habitants de la capitale de la République démocratique du Congo (RDC), a indiqué vendredi le coordonnateur du programme choléra du ministère de la Santé, le professeur Didier Bompangue. « La tendance est à la diminution du nombre de cas journaliers », se félicite M. Bompangue qui espère que les autorités pourront bientôt enrayer l’épidémie malgré le manque de moyens. M. Bompangue regrette que les partenaires de la RDC (OMS, Unicef) n’aient pas davantage financé un plan de réponse qui prévoyait « quatre millions de dollars ».
 
Pas d’eau potable ni d’égoûts
 
Le choléra se manifeste par des diarrhées et une forte déshydratation pouvant mener à une mort rapide. La bactérie responsable de cette « maladie des mains sales » s’attrape par « l’ingestion d’aliments ou d’eau contaminés », indique l’Organisation mondiale de la Santé (OMS). « L’approvisionnement en eau sûre et l’assainissement sont essentiels pour réduire la transmission du choléra ».
 
A Kinshasa, la cause première du choléra est « le déséquilibre entre la densité de population et les infrastructures », selon le professeur Bompangue: « La régie des eaux de Kinshasa, même à plein régime, est en-dessous des besoins en eau de la population ».
 
Dans un cercle vicieux en cette période de saison des pluies, le débordement des eaux lié au manque de canalisations et à  l’accumulation des ordures domestiques dans les égoûts, faute d’entretien, aggravent les risques d’inondation et de stagnation des eaux sales, potentiellement contaminées.
 
Le plus grand nombre de cas a été enregistré dans le quartier camp Luka, qui concentre tous ces problèmes: forte densité de population, voiries non-asphaltées et inondables, manque d’assainissement. A l’entrée du quartier, non loin d’un cimetière envahi par les herbes folles, un centre de traitement a été ouvert, géré par le ministère de la Santé jusqu’à jeudi, quand il a été repris par l’ONG Médecins sans frontières (MSF). Devant le centre, un homme portant un chasuble de la Croix-Rouge explique le contenu d’affiches de prévention à un groupe d’enfants.
 
Interdit aux journalistes
 
Le centre de traitement a été interdit aux journalistes après la diffusion d’un reportage montrant des patients en gros plan, « augmentant ainsi le risque de stigmatisation », assure le ministre de la Santé, Oly Ilunga Kalenga. « Il est toutefois essentiel de continuer à diffuser une information sanitaire correcte et responsable pour sensibiliser l’ensemble de la population. Les médias restent nos partenaires privilégiés dans cette tâche », a poursuivi le ministre, cité par la presse kinoise en début de semaine.
 
Sous les deux tentes faisant office d’hôpital, allongées sur des lits de camp, quelques femmes reçoivent des perfusions. Au total 26 patients ont été soignés jeudi, sans aucun décès, d’après MSF. Loin du centre, Géraldine vit au beau milieu du quartier, dans une maison au bout d’un chemin non-asphalté et submergé par la boue en ce matin de fortes pluies.
 
La jeune femme de 26 ans ne se souvient pas avec précision de la date du décès de sa cousine, Rosette, une vingtaine d’années, « il y a deux ou trois mois ». « Elle avait des céphalées intenses. Après, elle faisait les diarrhées. Quand on a vu le médecin, il nous a dit que c’était le choléra. C’était déjà tard, elle est morte ». La mort de la cousine a modifié quelques comportements. Mère d’une petite fille, Géraldine utilise des comprimés de purification de l’eau qu’elle a reçus. « Pour boire, pour mettre dans l’eau. Après 30 minutes, tu peux prendre ». « Si tu te rends aux toilettes, dès que tu sors, tu te laves les mains avec le savon. S’il n’y a pas de savon, tu prends des cendres pour te laver les mains », poursuit Géraldine.
« On n’a pas peur parce qu’on a notre Dieu qui nous protège. Et puis on prie », ajoute la jeune femme, Témoin de Jéhovah.

Que pensez-vous de cet article?

Soyez la première personne à évaluer cet article.

Derniers Articles

Journalistes

Dernières Vidéos