RDC : Kabila veut mettre en prison les leaders de la marche des Catholiques

RDC : Kabila veut mettre en prison les leaders de la marche des Catholiques

Tout est (re)parti d’eux : Mmes Léonnie Kandolo, Gertrude Ekombe, Frère Julien Lukengu, Francklin Mboliko, Jonas Tshiombela et les professeurs Thierry Nlandu Mayamba, Isidore Ndaywel e Nziem et Justin Okana. Les  huit personnalités à la tête du Comité laïcs de Coordination (CLC) qui, début décembre, ont lancé un véritable ultimatum au président hors mandat Joseph Kabila.

Une mobiliation qu a pris de court le pouvoir et qui leur vaut aujourd’hui de se retrouver sous mandat d’arrêt décerné par la PGR du Tribunal de la Gombe, Mme Cecile Kiala, « sur instruction des autorités politqiues et judiciaires », selon Paul Nsapu, Défenseur des doits de l’homme en RDC.

Dans leur courrier, les leaders de la CLC enjoignaient le président à respecter l’accord de la Saint-Sylvestre, notamment le point sur la décrispation et, surtout, à s’engager à ne pas se présenter pour un nouveau mandat.

Une demande qui n’a jamais reçu de réponse et qui a contraint le CLC a appelé à la marche des catholiques du 31 décembre dernier.

Une marche réprimée dans le sang et qui a, à son tour, poussé l’Eglise catholique à se (re)mobiliser pour l’alternance et le respect de l’accord de la saint-Sylvestre.

Un bras de fer qui n’est certainement pas fini. Jusqu’ici, le pouvoir a réprimé mais n’a pas lâcher la moindre concession. Dans ce contexte, le CLC et le monde catholique ne peuvent évidemment abandonner le combat. En guise de réponse, et après que certains policiers aient (une nouvelle fois) ouvert le feu (lacrymogène au moins) sur les fidèles qui sortaient de la cathédrale Notre-Dame du Congo, le pouvoir congolais vient de décerner des mandats d’arrêt contre les principaux leaders de la CLC qui ont  « décidé d’entrer en clandestinité ».

Que pensez-vous de cet article?