La Guinée équatoriale affirme « avoir fait avorter » un « coup d’Etat »

La Guinée équatoriale affirme « avoir fait avorter » un « coup d’Etat »

La Guinée équatoriale a affirmé « avoir fait avorter » un coup d’Etat préparé fin décembre par un « groupe de mercenaires » étrangers qui voulaient « attaquer le chef de l’Etat » pour le compte de « partis politiques d’opposition radicale », selon un communiqué lu mercredi à la radio d’Etat. « Le ministère de la Sécurite nationale informe la population que le 24 décembre passé, un groupe de mercenaires tchadiens, soudanais et centrafricains ont infiltré les localités de Kye Ossi, Ebibeyin, Mongomo, Bata et Malabo pour attaquer le chef de l’Etat, qui se trouvait dans le palais présidentiel de Koete Mongomo pour passer les fêtes de fin d’année », explique le communiqué du ministre de la Sécurité Nicolas Obama Nchama.

Le ministre explique avoir « activé immédiatement une opération de démantèlement en collaboration avec les services de sécurité du Cameroun », selon le texte.
Le 27 décembre, une trentaine d’hommes armés ont été arrêtés à la frontière entre le Cameroun et la Guinée équatoriale par la police camerounaise. Le même jour, les frontières équato-guinéennes avec le Gabon et le Cameroun ont été fermées à Kye Ossie, là où ont eu lieu les arrestations, selon des sources concordantes.
Des sources locales contactées par l’AFP ont en outre indiqué que des renforts de l’armée équato-guinéenne ont été envoyés à la frontière avec le Cameroun.

Que pensez-vous de cet article?

Soyez la première personne à évaluer cet article.