RDC: l’Eglise répond à la « campagne d’intoxication »

RDC: l’Eglise répond à  la « campagne d’intoxication »

La Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO) a diffusé mardi un communiqué de « mise au point et indignation » au sujet des tentatives de « semer la division au sein de l’épiscopat » à propos de la marche des chrétiens, réprimée dans le sang dimanche 31 décembre.

Selon ce communiqué, signé de Mgrs Fridolin Ambongo, archevêque de Mbandaka, et Marcel Utembi, archevêque de Kisangani, vice-président et président de la Cenco, l’annonce de la marche « a suscité dans certains médias une campagne d’intoxication visant à semer la division au sein de l’épiscopat ». Des propos de prélats « et du nonce apostolique ont été délibérément déformés, leur faisant dire d’avoir condamné l’initiative de cette marche à Kinshasa et dans certains diocèses. Ce qui n’est pas vrai. En vérité, les diocèses qui n’ont pas relayé cette marche ne l’ont pas pour autant désapprouvée ».

« La Cenco dénonce vigoureusement cette pratique d’instrumentalisation et cette manœuvre » et assure que les évêques « restent solidairement unis en ce moment difficile que traverse notre pays ».

La Cenco dénonce des « actes ignobles »

La Cenco est en outre « profondément choquée par les actes ignobles » relevés lors de la marche et présente ses « condoléances aux familles des victimes innocentes ». « Elle condamne l’atteinte à la liberté de culte garantie dans tout Etat démocratique, la profanation de certaines églises et l’agression physique des fidèles, dont les servants de messe et les prêtres ».

Elle « condamne avec la dernière énergie le recours à la violence par certains agents de l’ordre, violence non justifiée qui a occasionné la mort d’hommes » et demande « une enquête sérieuse et objective pour établir les responsabilités ». Et la Cenco conclut en indiquant que « l’unique voie pacifique de sortie de cette crise artificielle, c’est la mise en œuvre intégrale et complète de l’Accord de la St-Sylvestre », en faveur de l’application duquel la marche était organisée.

De son côté, la nonciature apostyolique à Kinshasa a rappelé, dans un communiqué, mardi, que « la promotion de la justice sociale et la défense des droits civils et politiques des citoyens fait intégralement partie de la Doctrine sociale de l’Eglise ». Elle ajoute avoir été « formellement informée » du projet de marche des chrétiens par ses organisateurs et que, comme c’est l’usage, « aucune approbation ou condamnation n’a été émise par le Saint-Siège et il ne faudra aucunement en attendre dans le futur ».

MFC

Que pensez-vous de cet article?