RDC : manipulations à Goma

RDC : manipulations à Goma

Depuis jeudi, comme si le pouvoir en place à Kinshasa était soudainement sorti de sa léthargie ou avait jusque là mal apprécié la mobilisation populaire pour la marche des catholiques du 31 décembre, un seul mot d’ordre « tout faire pour empêcher cette potentielle démonstration de force hostile au régime ».

Comme lalibreafrique.be l’a annoncé jeudi soir, un des plans était de monter un faux coup d’Etat de toutes pièces. Son instigateur, un militaire répondant a nom de Malamba, devait être arrêté et devait dénoncer, dans la foulée, ses complices, à savoir tous les prêtres et les abbés qui ont pris la tête de cette marche des catholiques. Une liste de noms circule dans les rangs du pouvoir. Ls stratégie éventée, il restait toujours la possibilté de ne pas autoriser la marche à Kinshasa. C’est désormais fait suite aux sorties pathétiques du gouverneur de Kinshasa André Kimbunta et du président de l’Assemblée nationale Aubin Minaku.

Deux déclarations sans surprises qui n’ont pas fait fléchir la détermination des « marcheurs » de ce dimanche.

Reste encore une autre carte, déjà évoquée jeudi après-midi par lalibreafrique.be. Celle, toujours aussi cousue de fil blanc, qui consiste à infiltrer les mouvements pacifiques par des militaires ou des kulunas dont la mission est de faire du grabuge pour jeter le discrédit sur le mouvement des laïcs catholiques et justifier un début de répression bien avant la marche.

Ce dernier scénario, aussi grossier que prévisible, fut d’application ce samedi matin à Goma quand les habitants de certains quartiers ont été réveillés par le crépitement des armes à feu. Immédiatement, les autorités locales ont laisé entendre qu’il s’agissait de manifestants qui se préparaient pour la marche… pacifique. Sans la moindre enquête, ni le moindre début de preuve. « Il faut que les Congolais répondent massivement à l’appel des curés. Tous dimanche dans les paroisses, nous explique un élu de Goma. Tout le monde sait que c’est le pouvoir qui a monté ces pièges. Croyez-vous sérieusement que les prêtres, les abbés et les marcheurs pacifiques – et Dieu sait si nous avons une longue tradition de l’opposition à Goma – vont descendre dans la rue la veille de la marche avec des armes à feu. C’est complètement absurde. Ceux qui ont les armes, c’est le pouvoir. Nous, nous avons la détermination, le nombre et la foi dans des lendemains forcément meilleurs que ce que nous vivons sous la dictature de Kabila. »

Que pensez-vous de cet article?