« Adios Carmen » : Chronique d’une enfance marocaine

« Adios Carmen » : Chronique d’une enfance marocaine

Arrivé du Maroc en Belgique dans les années 80, Mohamed Amin Benamraoui signait en 2013 son premier long métrage, qui sort seulement ce mercredi sur nos écrans. Inspiré de son enfance, « Adios Carmen » est une jolie chronique de la vie dans un petit village du Nord marocain. Le petit garçon du film ne s’appelle pas Mohamed mais Amar, mais on sent la marque des souvenirs du réalisateur dans ce petit film sensible…

Abandonné par sa mère partie tenter sa chance en Europe, Amar vit seul chez son oncle, alcoolique et violent, qui frappe la jeune fille follement amoureuse de lui, tout en étant secrètement amoureux de Carmen, la jolie Espagnole qui travaille comme ouvreuse dans le cinéma du village. Cinéma où Amar va découvrir les comédies dramatiques de Bollywood et pleurer tout son saoul.Un peu convenu dans son côté « Cinéma Paradiso » marocain et sa métaphore du 7e Art comme fenêtre ouverte sur le monde, « Adios Carmen » est néanmoins intéressant dans sa description des relations entre le Maroc d’Hassan II et l’Espagne de Franco, alors au bord de la guerre autour de la question du Sahara occidental, pour lequel fut organisée en 1975 la fameuse « Marche verte ».Cette Carmen (incarnée par l’actrice chilienne Paulina Gálvez), réfugiée anti-franquiste au Maroc amoureuse d’un jeune Marocain, symbolise à elle seule toute la relation d’amour-haine du Maroc pour l’Europe.

Cette femme belle, libre et indépendante, suscite en effet chez les hommes du village tant le désir, l’envie, que le rejet pour tout ce qu’elle incarne.Dommage que, malgré toutes ces bonnes intentions, Mohamed Amin Benamraoui reste si sage dans sa mise en scène, un peu apprêtée, et dans sa reconstitution de la vie d’un village marocain des années 70. Dommage qu’il peine à véritablement faire exister ses personnages au-delà de types et à dépasser le cadre de l’honnête téléfilm pour donner un peu plus de vie à ces souvenirs d’enfance.

Que pensez-vous de cet article?

Soyez la première personne à évaluer cet article.