RDC: Kivus: 525 morts et un millier de rapts au moins en six mois

RDC: Kivus: 525 morts et un millier de rapts au moins en six mois

 De juin à novembre 2017, 525 civils au moins ont été tués et 1087 personnes au moins ont été enlevées, tandis que 11 viols de masse étaient enregistrés dans les seules deux provinces les plus orientales de la République démocratique du Congo (RDC).
 

Ce sont des chiffres enregistrés par l’organisation américaine de défense des Droits de l’homme Human Rights Watch (HRW) , qui s’est associée avec le Congo Research Group de l’Université de New York pour créer un projet « Kivu Security Tracker », chargé de recenser les principales violences commises dans les provinces du Nord- et du Sud-Kivu, avec l’aide de 14 chercheurs congolais basés dans les deux entités.
 
Comme la Syrie, l’Irak et le Yémen
 
Déstabilisé par le refus du président hors mandat Joseph Kabila d’organiser les élections dans les temps impartis par la Constitution de 2006, qu’il avait juré de respecter et protéger (élections qui ont à nouveau été reportées, cette fois au 23 décembre 2018), le Congo a vu ces dernières années une augmentation considérable des violences. En 2016, rappelle HRW, 922.000 personnes ont été déplacées dans le pays à cause de violences – soit plus que partout ailleurs dans le monde – et, en octobre dernier, les Nations unies ont déclaré la RDC en urgence de niveau 3, utilisé seulement pour la Syrie, l’Irak et le Yémen.
 
Le Nord- et le Sud-Kivu – deux des 26 provinces que compte la RDC depuis 2015 – totalisent 120 groupes armés illégaux à eux seuls. C’est cependant l’armée, indique l’étude menée par HRW et le Congo Research Group, qui est responsable du cinquième des meurtres enregistrés (une centaine), soit plus qu’aucun de ces groupes armés.
 
MFC

Que pensez-vous de cet article?