Zimbabwe: Robert Mugabe résiste aux pressions

Zimbabwe: Robert Mugabe résiste aux pressions

 
Profitant du désir de l’armée zimbabwéenne de préserver les formes, le président nonagénaire refuse de se laisser dépouiller sans combattre.
 

Le président Robert Mugabe, placé en résidence surveillée depuis mercredi par son armée, est en plein bras de fer avec les dirigeants de celles-ci. L’armée veut l’annulation du limogeage du vice-Président Emmerson Mnangagwa, proche des officiers supérieurs, voire sa nomination comme chef de l’Etat ad interim. Elle veut surtout la mise à l’écart de Grace Mugabe, l’épouse du Président, qui manoeuvrait avec succès, jusqu’à mercredi, pour lui succéder à la tête du pays quand il décèdera.
 
Le Président nonagénaire, lui, entend garder son poste. Et si ses forces physiques sont défaillantes, en raison de son âge et de sa mauvaise santé, il peut compter sur l’appui indirect de la communauté internationale.
 
Car le président en exercecice de l’Union africaine, le Guinéen Alpha Condé, a dit clairement: « Nous n’accepterons jamais de coup d’Etat militaire ». Et si aucune capitaleétrangère n’a demandé précisément le rétablissement au pouvoir de celui qui l’occupait depuis 1980, elles réclament généralement un retour à la légalité « constitutionnelle”. Ce qui donne au vieux Mugabe l’occasion de marchander son accord aux changements que l’armée veut lui imposer.
 
Du coup, les négociations en cours semblent s’élargir. Un prêtre catholique (la religion de Robert Mugabe) y participerait. Le principal opposant, Morgan Tsvangirai, est rentré de l’étranger – où il se faisait soigner pour un cancer – et a appelé jeudi le chef de l’Etat à démissionner au profit d’un “mécanisme de transition”.
 
Mercredi après-midi, M. Mugabe s’est entretenu avec les ministres sud-africains de la Défense et de la Sécurité d’Etat. Un peu plus tard, au Botswana, s’est ouverte une réunion de la SADC (communauté d’Afrique australe) sur le Zimbabwe, à la demande du président en exercice, le Sud-Africain Jacob Zuma.
 
Tourner la page
 

Dans la société civile, on veut visiblement tourner la page. Aucun mouvement de protestation de la population zimbabwéenne n’a été enregistré contre le coup d’Etat en cours et des ONG locales ont demandé au président Mugabe de quitter pacifiquement le pouvoir.

Le principal appui politique de Grace Mugabe, le président de la Ligue des Jeunes du parti au pouvoir depuis 1980, la Zanu-PF, a renié publiquement ses prises de position antérieures, attribuant à sa jeunesse ses “errements” et critiques envers l’armée. La puissante Association des Vétérans – qui dépend financièrement du parti des Mugabe – a déjà annoncé une grande manifestation de soutien à Emmerson Mnangagwa pour ce samedi.

Combien de temps le président Mugabe résistera-t-il aux pressions? L’homme d’affaires zimbabwéen Eddie Cross, dans une déclaration à la RTBF, a estimé que ce ne pouvait être long, rappelant que le nonagénaire se rend toutes les trois semaines à Singapour pour des soins de santé.

Par Marie-France Cros

Que pensez-vous de cet article?