Angola : Isabel Dos Santos n’est plus à la tête de Sonangol

Angola : Isabel Dos Santos n’est plus à la tête de Sonangol

Par Hubert Leclercq

Joao Lourenço, le nouveau président de l’Angola, installé sur ce siège après les élections légisatives et le retrait du président Edouardo Dos Santos, commence à asseoir son pouvoir.

Cinquante jours. Il n’aura fallu que 50 jours au nouvel homme fort de l’Angola pour se séparer de la présidente de la Sonangol (société pétrolière de l’Etat angolais). Un Etat fragilisé par sa dépendace à l’or noir et qui traverse une relative crise économique suite à la chute du prix du baril.

Désigné en jun 2016 à ce poste, Isabel Dos Santos a été accueillie avec beaucoup de critiques, la « princesse » n’a pas que des louangeurs en Angola et beaucoup craignaient à l’époque que cette accession à la tête de la première société du pays soit le marche-pied idéal pour prétendre à la présidence.

Le vice-président de l’époque, M. Vincente, était d’ailleurs un ancien président de la Sonangol, preuve du poids colossal de cette entreprise dans la sphère poitico-financière angolaise. Mais Monsieur Vincente, longtemps présenté comme le favori à la succession de josé Edourado Dos Santos a dû abandonner ses rêves de pouvoir suite à l’apparition de dossiers de pots-de-vin au Portugal.

Il a été renvoyé en procès en juin 2016 par la justice portugaise qui le soupçonne d’avoir versé des pots-de-vin à un procureur pour qu’il classe deux enquêtes le visant en 2012.  Manuel Vicente était président de la compagnie pétrolière angolaise Sonangol à l’époque des faits présumés.
Le remplacement d’Isabel Dos Santos apparaît comme une manière pour le nouveau président Lourenço de mettre « ses » hommes à la tête des sociétés qui comptent en Angola.

Que pensez-vous de cet article?

Derniers Articles

Journalistes

Dernières Vidéos