RDC : Que fait vraiment Lambert Mende en Belgique ?

RDC : Que fait vraiment Lambert Mende en Belgique ?

Par Hubert Leclercq

Lambert Mende, le porte-parole du gouvernement congolais et ministre de la Communication est arrivé jeudi 19 octobre en Belgique muni d’un visa humanitaire. Une délivrance de visa – pour voir sa mère souffrante – qui avait été très critiquée par des ONG mais aussi par la diaspora congolaise qui « ne comprend pas pourquoi on lui fait cette faveur alors que si un opposant congolais avait demandé de bénéficier d’un tel geste en RDC, il est certain qu’il aurait été vite rejeté ou que les autorités en profiteraient pour l’arrêter dès son arrivée sur le sol congolais. »

Lambert Mende est, depuis le 29 mai 2017, l’objet – avec huit autres responsables de la République démocratique du Congo (RDC)  – d’une seconde salve de sanctions de l’Union européenne pour entraves à l’Etat de droit. Les autorités européennes avaient visé M. Mende « en tant que responsable de la politique répressive menée envers les médias en RDC, politique qui viole le droit à la liberté d’expression et d’information et compromet une solution consensuelle et pacifique en vue de la tenue d’élections ».

Aujourd’hui, on apprend que Lambert Mende, auquel le visa humanitaire avait été délivré uniquement pour le territoire belge (non l’espace Shengen) et à condition qu’il ne fasse pas de politique et qu’il n’ait pas de contact politique durant son séjour, a profité de ce passage en Belgique (où résident non seulement sa mère mais aussi certains de ses enfants) pour prendre un avocat et lui demander d’introduire un recours contre ces sanctions.

Etonnant dans le chef du  ministre de la Communication, chantre du nationalisme, homme qui se rit de ces sanctions qu’il a mainte fois présentées comme insignifiantes (notamment puisqu’il n’aurait aucun bien ou aucun avoir chez nous ou aucun lien avec la Belgique). Impossible, par contre, de savoir si M. Mende a également introduit un recours pour les sept autres personnes concernées par ces sanctions… notamment ses collègues ou ex-collègues du gouvernement.

Que pensez-vous de cet article?