RDC: Mende a reçu un visa belge pour raison humanitaire

RDC: Mende a reçu un visa belge  pour raison humanitaire

 L’arrivée en Belgique, à titre privé, du ministre des Communications et porte-parole du gouvernement de Kinshasa, Lambert Mende, visé par des sanctions européennes, suscite des remous.

Lambert Mende est arrivé jeudi dernier en Belgique, alors qu’il est, depuis le 29 mai 2017, l’objet – avec huit autres responsables de la République démocratique du Congo (RDC)  – d’une seconde salve de sanctions de l’Union européenne pour entraves à l’Etat de droit. Les autorités européennes avaient visé M. Mende « en tant que responsable de la politique répressive menée envers les médias en RDC, politique qui viole le droit à la liberté d’expression et d’information et compromet une solution consensuelle et pacifique en vue de la tenue d’élections ».

Discrédit et incohérence

Les ONG belges Broederlijk Delen et Pax Christi « regrettent » cette décision qui, estiment-elles, « atteint la crédibilité de la Belgique », tandis que le réseau européen d’ONG agissant en Afrique centrale Eurac la juge « incohérente ».

Au cours du week-end, citant des sources diplomatiques, l’agence Belga a expliqué que le visa belge avait été accordé à M. Mende pour un séjour d' »une durée limitée » et s’appliquant au seul territoire belge et non à l’espace Schengen. Et qu’il l’a été pour raison humanitaire – rendre visite à sa mère malade, qui habite la Belgique comme plusieurs des enfants de M. Mende – avec l’interdiction d’avoir des contacts de nature politique. Ces dérogations au régime de sanctions sont prévues par ce dernier, ajoute la source de Belga. Les partenaires européens de la Belgique n’ont pas émis d’objection à la décision de Bruxelles.

Broederliijk Delen et Pax Christi estiment cependant que ce visa accordé pour raison humanitaire est difficilement explicable « aux Congolais qui voient trsè souvent  leur demande de visa humanitaire refusée ».

MFC.

Que pensez-vous de cet article?